Safaris nordiques

10 Septembre 2020

Arrivés à notre dernière étape nature du séjour, nous rencontrons Sylvia, qui nous a organisé ce long weekend, venue nous accueillir directement sur place. Elle nous présente la structure, la région et nous offre une tonne de conseils sur des thématiques variées tout en se renseignant sur notre expérience dans la cabane. Après de longs échanges, on repart avec deux guides de randonnée de la région pour nous occuper entre deux excursions.

A peine le temps de les feuilleter et de défaire nos valises, il est déjà l’heure de retrouver Mikael Nilsson, notre guide pour deux jours. Mike est un grand bonhomme surprenant avec sa carrure imposante, sa coiffure improbable et ses cicatrices. Il nous raconte la création de son agence nature, ses années de pratiques dans la recherche d’animaux sauvages et, dès le départ, l’annonce est faite: en 18 ans, Mike a toujours réussi à trouver dans élans dans la forêt (on nous annonce même un record à 34 élans la même soirée). On y croit déjà !

Autour de la table, chacun se présente à tour de rôle. Le couple belgo-suédois avec qui nous partageons cette expérience nous fait rapidement sourire en nous racontant avec malice leur improbable rencontre…. dans un magasin Ikea ! ça ne s’invente pas. C’est donc avec une troupe de bonne humeur que nous filons en van dans la forêt, paré pour notre premier safari nordique.

Installés au bord d’un lac immense, une tasse de thé en main, on écoute Mike nous partager son savoir. Il nous raconte tout ou presque : la période de rut, la gestion des petits, la lutte de pouvoir pacifique des grands mâles et le lien complexe qu’entretient le pays avec la chasse. Ici, pas de chasse et pas de viande d’élan au menu: Nordic Discovery a des valeurs qui lui ont valu d’être saluée par la Société Suédoise d’Ecotourisme. Une vraie plus-value pour pouvoir observer ces grands animaux respectueusement, comme on aime, un pique nique local-bio-végétarien sur les genoux !

Après un rapide apprentissage de la langue des signes option recherche d’élans, on file en silence dans les bois pour une première tentative sous la lumière du jour. On recherche les traces dans les herbes hautes, on tend l’oreille, on observe avec attention tout en remontant la piste sagement, sans un bruit. Déjà le soleil menace de se coucher et baigne d’une lumière douce les milliers de myrtilles et d’airelles rougeoyantes qui couvrent l’épaisse mousse sur le sol. Après une heure, il est temps de renoncer à notre balade: les élans sont déjà partis. …

On part alors en voiture sur des routes pleines de cailloux, le nez collé à la fenêtre. On aperçoit quelques chevreuils sans plus de succès. Finalement, quand la lumière menace complètement de disparaitre, les premiers élans apparaissent à la lisière des bois. Mike avait prévenu: les élans sont des animaux nocturnes, peureux et apprécient rarement les poses au soleil. Il ne faudra donc pas compter sur eux pour une photographie incroyable! On croise tout de même une mère et son petit, puis un jeune, puis un grand mâle… bientôt, ils seront sept dans l’immense culture qui jouxte la forêt. Dans la nuit presque noire, à la lueur d’une puissante torche, on en croisera encore cinq, paisibles, avant de rentrer au lodge.

11 septembre 2020

Le nez dans notre bol de chocolat, on peine à se décider ce matin là sur notre randonnée. Le guide prêté la veille est plein de promesses et nous finissons par opter pour le coup de cœur de Sylvia. Après quelques difficultés à trouver le point de départ, nous voilà à déambuler tranquillement au bord de l’eau, l’oreille tendue dans l’espoir de percevoir un élan, un castor ou n’importe quel autre animal. L’endroit s’y prêterait sans mal, loin de la route, au cœur de paysages variés et au calme absolu. Les nuances de vert, l’abondante mousse, les myrtilles et champignons colorés nous charment encore et toujours et, le long du chemin, on finit par comprendre la Suède. Loin des roadtrips agités, de notre boulimie de kilomètres, de sites à visiter et d’images incroyables à ramener, la Suède est tranquille. Pour la première fois, on rêvasse à des vacances plus au calme, dans une maison au bord de l’eau, quelque part dans une foret perdue, à des kilomètres des autres habitations. Un instant, on se surprend à envier ces voyageurs installés là pour des jours à parcourir la même foret, sans autre but que de s’émerveiller de choses plus simples et de laisser leur esprit vagabonder.

Nos aventures nordiques se terminent presque. Une dernière expédition nous attend avec Mike. Ce soir, nous partons en canoë à la recherche des discrets castors. Si on repère sans mal leurs ouvrages, il nous faudra près de deux heures pour apercevoir une petite tête voguant sur l’eau. Elle disparait bien vite à notre approche et s’enfonce dans le lac, rejoignant les siens par des chemins impossibles à suivre. On poursuit encore une heure, avec mille précautions, la nuit tombée, une lampe torche visée au premier canoë comme repère. Le vent se lève et le froid commence à se faire sentir sur notre embarcation mais on se sent comme de vrais aventuriers, bravant les éléments à la recherche d’une rencontre mémorable. On croisera finalement deux castors ce soir là, furtivement mais, la sagesse de ce doux pays nous apaise. Peu importe la rapidité de la rencontre au fond, l’expérience, seule, était déjà belle.

Le coup de cœur de Ptit Jo

Plus que tout, c’est la beauté des forêts qui nous aura marqué. Quel bonheur de se balader en rebondissant sur d’épais manteaux de mousse bien verte.

Coté pratique

Les activités

Nous avons réservé ces expérience avec Amazing Nature Scandinavia. Sylvia, qui nous a organisé trois jours en Suède, a été incroyablement disponible et prévenante : modifications de dates pour nous permettre de faire toutes les activités, recommandations de randonnées, prêts d’ouvrages et de cartes, infos pratiques sur Stockholm… elle nous a accompagnés tout au long du séjour et bien au-delà des activités réservées avec elle. Merci Sylvia !

Pour réserver :
Sylvia Adams – Amazing Nature Scandinavia
Tel: +46 (0)70 230 68 70
E-mail: sylvia@amazingscandinavia.com
Site: https://www.amazingscandinavia.com

Le logement

Nordic Discovery, Handelsbobacken 2, 714 91 Kopparberg, Suède
Nous sommes restés dans le Wilderness Lodge, directement en face des départs pour les excursions. L’intérieur est un peu vieillot mais confortable et le petit déjeuner varié.

Les repas

Pique nique en forêt !

Les montagnes du Colorado

24 juin 2018

Le froid enveloppe la voiture à mesure que l’on file vers le sommet du Mount Evans. Les sapins s’effacent au profit de pins biscornus puis de nuages. Il fait 49°F et nous roulons dans une grisaille qui annoncerait presque la neige, à peine égayée par les fleurs sauvages colorées qui poussent partout sur les bas côtés. On grimpe, toujours plus haut à chaque tournant, traversant les nuages sous l’œil vigilant des marmottes.

Un virage, un autre et soudain une silhouette blanche se dessine dans les rochers. Mon copilote me dépose et grimpe vers le sommet (il est parfois difficile de se garer le long de la route). Elle est là, broutant paisiblement les mousses colorées qui recouvrent le décor. Elle est là, ma première chèvre des montagnes. Elle me jette un œil curieux avant de reprendre son repas. Derrière elle, quelque chose remue. Une boule de poils toute blanche pointe alors son museau noir. Magie d’une rencontre… Mes mains commencent à geler quand Maman et son petit reprennent leur chemin et s’enfoncent dans les nuages. Un peu plus haut, un autre groupe de chèvres vagabonde, magnifiques, imposantes et complètement indifférentes aux visiteurs.

On poursuit la route jusqu’au sommet à quelques 4300 mètres d’altitude. Armés cette fois d’épaisseurs supplémentaires, on marche jusqu’à la crête, toute minérale. Quelques flocons nous y accueillent, le thermomètre descend à 38°F et nous voilà gelés à repenser au surf sur le sable de la veille. Pour la première fois du séjour, le soleil nous lâche. A peine de retour à la voiture, la neige puis la pluie s’abattent sur la route jusqu’à Grand Lake. En 48h, toutes les saisons auront défilé dans le ciel capricieux du Colorado.

Les Rocky Mountains apparaissent au bout de la route et un nouveau défi nous y attend. Sur les conseils du Visitor Center de Grand Lake, on passe un bon moment à longer le Colorado, étroit et sinueux dans le secteur. On fixe avec une extrême attention la forêt qui borde le bitume jusqu’au Holzwarth Historic Site, vieux ranch des années 20 tout en bois près duquel se baladent des dizaines de wapitis… l’enjeu est ailleurs.

On reprend la voiture, on vadrouille encore, les yeux rivés sur les rangées d’arbres plus ou moins denses. Une forme sombre se dessine finalement au loin. On s’arrête un peu en urgence sur le bas côté car elle est là, la raison de notre venue. Il est là, brun, imposant, évoluant dans les broussailles. Derrière nous, c’est l’embouteillage qui se dessine. Les voitures s’arrêtent rapidement pour observer à leur tour les allées de pins et, en quelques minutes, une dizaine de voitures et un bus se sont arrêtés derrière nous. L’élan disparait derrière un arbre comme il était apparu. Par chance, on le retrouve au parking voisin, pataugeant joyeusement dans un petit étang.

25 juin 2018

Le soleil semble être revenu pour de bon sur les Rocky Mountains et vient nous réchauffer après une journée emmitouflés dans trois épaisseurs. Mal réveillés, on part un peu plus tard que prévu de l’hôtel et, alors qu’il est à peine 9h, des panneaux nous annoncent que le parking de Bear Lake est déjà plein. Comptant sur notre Ptit Jo porte bonheur, on s’engage tout de même sur la route qui slalome jusqu’aux lacs. Notre coup de poker est récompensé et nous sommes accueillis par des écureuils qui traversent le sentier dans tous les sens.

Quelques minutes de marche suffisent à atteindre le Nymph Lake, recouvert de nénuphars avant de grimper gentiment à travers une forêt de pins en direction du Dream Lake. Les geais sautillent de branche en branche au dessus de nos têtes et un jeune pic attire notre attention. La balade est prisée des visiteurs du parc mais, finalement, assez paisible.

Jusqu’au Emerald Lake, de petits cours d’eau et cascades animent le paysage. Les fleurs sauvages les colorent, parfois accompagnées de quelques tas de neige. Sur le chemin du des enfants construisent même un bonhomme miniature. Le sentier grimpe finalement pour rejoindre le Lake Haiyaha, au cœur du Chaos Canyon, dissimulé derrière de gros rochers. Les décors sont changeants, on a chaud, on a froid, on escalade des rochers ou on déambule dans les sous bois pour atteindre les Alberta Falls, dernière étape de la randonnée.

La Trail Ridge Road, route scénique longue qui plane à quelques 3 700 mètres d’altitude au point le plus haut, marque la dernière étape de la journée. Sur les pans de montagnes ensoleillés, des centaines d’elks ont élu domicile. Certains jouent dans la neige et grimpent avec curiosité vers la terrasse du Alpine visitor center. Il n’y a plus un arbre autour de nous. Le paysage s’est mué en une toundra verdoyante, parsemée de petites fleurs. Les cris aigus des marmottes et des pikas résonnent dans ce paysage balayé par le vent. On les aperçoit à peine, dissimulés dans les rochers et les herbes colorées. La route défile encore sur près de 50 miles et nous ramène, presque à regret, vers Denver où nous passerons la nuit.

Coté pratique

Le logement

Twin Owls Motor Lodge, 700 Saint Vrain Avenue, Estes Park, CO 80517
Pas de grand intérêt autre que le tarif et l’emplacement. Petit déjeuner non compris

Super 8 by Wyndham Denver Midtown, 2601 Zuni Street, Denver, CO 80211
Emplacement intéressant proche du centre-ville de Denver, petit déjeuner compris et copieux !

Les visites

Mount Evans,
Entrée $15 par voiture

Rocky Mountains National Park
Pass America the Bueatiful accepté. Randonnée via Bear, Dream, Nymph & Emerald Lakes Trail (9.3 km – Dénivelé 185 m – 3h30 – Modéré) et retour par Alberta Falls. Le parking le plus près est celui de Bear Lake à l’extrémité de la Bear Lake Road mais il est très rapidement saturé… il faut donc prévoir de se lever tôt ou prendre la navette gratuite.

Les repas

TGI Fridays, 8104 E 49th Ave, Denver, CO 80238
Parce qu’on ne se lassera jamais des ribs au Jack Daniel’s de cette chaine de restaurants !