Les grands parcs

Sans doute le plus incroyable des états de l’Ouest, en voiture pour découvrir les plus beaux parcs nationaux

Rodeo à Bryce Canyon Np

Sur la piste, toute une petite famille trottine en attendant le début du spectacle. Soudain, l’hymne national résonne, les drapeaux font un tour de piste et chacun se lève respectueusement…. les épreuves commencent. Les premiers courageux se lancent sur le dos de chevaux contrariés et finissent par voler dans le sable au bout de quelques secondes. Cette première épreuve terminée, les enfants entrent en scène, pas effrayés pour deux sous et encouragés par des parents survoltés. On les retrouve avec surprise agrippés comme ils peuvent sur le dos de moutons aux toisons bien fournies. Trois cavalières se disputent ensuite la victoire d’une course d’obstacles avant de laisser la place à d’énormes taureaux peu disposés à se faire monter.

de bryce à zion np

Le dernier kilomètre justifie à lui tout seul la réputation de cet endroit. Des chaines courent le long d’un chemin plus ou moins étroit, légèrement entouré de vide sur 150 mètres de dénivelé. Par chance, nous ne sommes pas dérangés par l’affluence de randonneurs et une bonne moitié s’arrête au Lookout. On crapahute directement sur la roche en partageant parfois le chemin avec d’autres aventuriers. On grimpe sans se soucier du vide et on se sent finalement plutôt en sécurité. En arrivant au sommet de l’ultime crête, le panorama offert donne sur tout le parc. Avec une émotion un peu particulière, on admire ce tableau coloré en imaginant que, à bien y penser, les anges pourraient réellement atterrir ici. Angels Landing c’est beau, c’est grand, c’est magique.

au cœur des narrows

Au cœur du slot canyon, on évolue dans le lit de la rivière entourés de 300 mètres de falaises. Quelques cascades prennent naissance sur ces pans de grès rosés où poussent de verdoyants jardins suspendus à la roche. De petits cailloux roulent sous les pieds, les gouttes d’eau accrochées aux bosquets glissent sur la paroi et le bruit de l’eau anime la scène. Plus on s’enfonce dans le canyon, plus il se rétrécit et plus les falaises paraissent hautes. Le décor est majestueux et l’on se sent soudainement minuscules. Un pas irréfléchi nous rappelle de temps à autre que la profondeur est changeante sur le chemin et on se retrouve parfois, un peu étonnés, avec de l’eau qui frôle les vêtements. Au fond, on se plait bien à patauger dans cette ambiance si particulière.

the subway

Les falaises prennent des couleurs plus vives accentuées par un fond bleu sans nuage. De petites cascades apparaissent finalement, marquant un réel tournant dans la balade. Les arbres prennent de la hauteur, la roche s’arrondit, le canyon devient subitement plus étroit. On avance le nez en l’air, tout petits au pied de ces falaises qui se rapprochent toujours plus. Un virage, un autre et, enfin, on aperçoit les rondeurs du Subway. Les lumières du canyon se reflètent dans l’eau presque stagnante devant l’entrée des lieux et la douce euphorie de la loterie gagne à nouveau les troupes. Il n’existe sans doute pas, à cet instant, de randonneurs plus privilégiés que nous, seuls devant une merveille que peu on la chance de découvrir.

Bryce et capitol reef np

En toile de fond, les couleurs de Capitol Reef se devinent déjà. Le pays de la montagne arc en ciel porte bien son nom. Le spectacle offert par la route nous en met plein la vue. Des nuances d’ocre, de rouge, de rose, de gris, de blanc et même de violet s’entremêlent avec harmonie. La végétation de toutes formes se pare d’un camaïeu de vert étonnant. On s’arrêterait tous les 100 mètres pour immortaliser ses reliefs majestueux. A cette heure, le visitor center est déjà fermé. Nous avons juste le temps d’observer les pétroglyphs, vestiges d’un temps passé gravés dans la roche, avant de traverser Fruita et de rejoindre la Gifford Farmhouse.

Capitol reef et goblin

Une fois passé le Visitor Center, la scenic drive, qui justifierait à elle seule une visite, nous entraine vers le fond du parc. On longe la roche, de plus en plus près, jusqu’à s’enfoncer dans le canyon, seuls ou presque. La route devient plus étroite à chaque virage et se termine par un chemin de terre qui file jusqu’à Capitol Gorge. Au bout du chemin, on opte pour un sentier courant entre les parois colorées du canyon qui s’élargit au fil du temps. On grimpe jusqu’aux tanks, asséchés à cette saison, avant de revenir tranquillement à la voiture, couverts de poussière rosée et charmés par cette première escapade.

Arches NP

Un premier pan de roches gravi nous conduit à un second, puis un troisième et ainsi des suite jusqu’à atteindre un plateau offrant une vue panoramique sur le parc. Derrière ses reliefs anarchiques, on découvre presque avec surprise une immense étendue désertique, désespérément plate et poussiéreuse sur des kilomètres. Les visiteurs se sont dispersés, refroidis par les montées parfois un peu raides. On serpente dans les rochers, guidés par une série de petits cairns rosés. Une douce chaleur émane du sol et chauffe la peau balayée par le vent. L’odeur des pins portée par les courants d’air accompagne notre périple jusqu’à la Double O Arch, toute en rondeur, où l’on s’accorde une petite pause. Un écureuil tourne autour de nos barres de céréales avec envie et guette les rares zones humides pour se rafraichir un peu.

canyonlands np

Le soleil est annoncé à 5h56, ses premiers rayons ne peignent pourtant la roche qu’une dizaine de minutes plus tard. La scène prend des couleurs, montagnes et canyons se dévoilent au fil du temps. Il n’y a plus que le bruit des appareils qui déclenchent, le temps s’est figé. A 6h30, la foule se dissipe. Nous sommes seuls face à l’arche encore baignée par les rayons chauds. Nous y restons près d’une demi heure, seuls face à ce décor incroyable à grignoter distraitement notre petit déjeuner sous une lumière irréelle. Le réveil difficile est déjà presque oublié.

SAlt lake city

Une immensité de blanc s’étend à la fin de l’asphalte, hypnotisante et éblouissante. On roule sur une épaisse couche de sel lissée par le vent un petit moment, droit devant nous, les fenêtres ouvertes et le visage balayé par un air chaud et salé. On perd vite les repères, les notions de distance et de temps. Aucun endroit ne semble être plus hors du monde que celui ci. En sortant, le sel craque et colle sur la peau et sous les baskets. On sautille comme des enfants, amusés par ces nouvelles perspectives, charmés par l’impression de pouvoir voler dans les airs. D’autres voitures apparaissent finalement au loin, défilant à toute vitesse en projetant des nuages de poudre blanche. On s’approche pour découvrir le début d’une des nombreuses courses organisées sur la célèbre Bonneville Speedway où musique, bières, barnums et moteurs qui grondent donnent le ton.

kanarra falls

En à peine une heure, le chemin devient plus étroit et les premières falaises rosées apparaissent. Les slot canyons ont un petit quelques chose de magique, on y avance une main courant sur la pierre polie par l’eau et le vent, intrigués par chaque virage, émerveillés par le jeu des lumières sur la roche. Un vent frais court au dessus de l’eau,  portant les voix des randonneurs bientôt couvertes par le bruit des cascades. La première, sans doute la plus connue et la plus photographiée, se dresse soudain devant nous. Un rondin de bois et un bout de ficelle ont été installés en guise d’échelle et permettent de poursuivre la randonnée une fois arrivés au sommet. Pour certains, ce passage relève carrément de l’expédition…