Big Apple

Une semaine pour parcourir la ville qui ne dort jamais, de Manhattan à Coney Island

Quand on arrive en ville

De retour sur Broadway et après un arrêt dans une boutique Converse (quoi de plus local?…), nous filons vers le City Hall. La place est animée tant par le passage d’impressionnants camions de pompiers que par les prouesses de danseurs hiphop encouragés par les passants. Au bout de Manhattan et sur les rives de l’East River, nous découvrons South Street Seaport où il fait bon flâner. Cet ancien marché aux poissons est aujourd’hui investi de boutiques et de restaurants installés de part et d’autre de jolies ruelles pavées. De larges bateaux aux coques brillantes y sont amarrés et tranchent avec les hautes tours de verre de la City.

Central Park

Toujours en bordure du parc, le Metropolitan Museum of Art nous paraissait être un arrêt incontournable de notre visite à New York. Avec ces deux millions d’œuvres d’art couvrant 5000 ans d’histoire et provenant de tous les continents. On y circule avec émerveillement entre les galeries d’art primitif ou d’art égyptien et dans les couloirs couverts de peintures européennes. Après avoir cherché un moment l’ascenseur (seul moyen de grimper jusqu’à la terrasse), nous voilà au 5ème étage du musée transformé en rooftop qui offre une vue dégagée sur la skyline de l’ouest et le sud de Manhattan.

Rockfeller center

Étape New-yorkaise incontournable, nous voilà arrivés au Rockfeller Center après quelques détours. Un simple trajet en ascenseur nous emmène sur le Top of The Rock pour découvrir une plate-forme d’observation à la vue spectaculaire. Du haut de ces 70 étages, on devine les silhouettes du Chrysler et de l’Empire State Building qui se détachent de la skyline. La statue de la liberté se fond dans la brume de l’Hudson et parait minuscule à côté des tours vitrées de la City. De l’autre côté, l’immense rectangle de verdure qu’est Central Park s’étend à nos pieds. On profite du panorama un long moment tout en repérant les quartiers déjà traversés ou les terrasses aménagées en jardin et restaurant.

Liberty et coney islands

Sur le chemin de la plage, les odeurs de hots dogs, de bonbons et de barbes à papa flottent jusqu’à nous. On s’installe un moment sur le sable pour écrire nos cartes postales, tremper les pieds dans l’eau et profiter d’un repos bien mérité au bord de l’Atlantique un peu agité. Sur le front de mer, la promenade Riegelmann tout en bois délimite les contours du Luna Park qui nous tend les bras. Entre attractions originales et grands classiques, on y passe un vrai bon moment, parfois bercés par la musique des différents stands, parfois parcourus de vrais frissons… On ne regrette vraiment pas le détour.

Au sud de manhattan

L’arrivée à Greenwich dépayse, les maisons de ville en briques se succèdent et les hauts buildings vitrés ont laissé leur place. On arpente les rues bordées de cafés, de fleuristes ou de boutiques de déco et de vêtements. L’immeuble de Friends réveille de vieux souvenirs au 90 Bedfort Street et le Washington Square Park offre une pause bien méritée au milieu des écureuils et des joueurs d’échecs. Un peu plus loin, le Chelsea Market a investi les murs d’une ancienne usine de biscuits. Transformé en marché couvert, il accueille restaurants et pâtisseries qui se succèdent dans les longs couloirs de style industriel du bâtiment.