Salt Lake

01 juillet 2018

Loin des moustiques de Grand Teton et du mauvais temps de Yellowstone, nous voilà de retour en Utah et en plein choc thermique, au cœur du désert aride où plus rien ne semble vivre. Au bout d’une route infiniment droite et sans relief, une station essence brille comme un mirage et ouvre les portes d’un lieu étrange: Bonneville Salt Flats. Une immensité de blanc s’étend à la fin de l’asphalte, hypnotisante et éblouissante. On roule sur une épaisse couche de sel lissée par le vent un petit moment, droit devant nous, les fenêtres ouvertes et le visage balayé par un air chaud et salé. On perd vite les repères, les notions de distance et de temps. Aucun endroit ne semble être plus hors du monde que celui ci.

En sortant, le sel craque et colle sur la peau et sous les baskets. On sautille comme des enfants, amusés par ces nouvelles perspectives, charmés par l’impression de pouvoir voler dans les airs. D’autres voitures apparaissent finalement au loin, défilant à toute vitesse en projetant des nuages de poudre blanche. On s’approche pour découvrir le début d’une des nombreuses courses organisées sur la célèbre Bonneville Speedway où musique, bières, barnums et moteurs qui grondent donnent le ton. Un vrai bout d’Amérique dont on se souviendra longtemps.

Au beau milieu de rien, entourée de déserts arides dans la veine de Bonneville, surgit Salt Lake City. Le berceau de l’église Mormone est impeccable, fendu de grandes avenues aux buildings imposants et à l’atmosphère calme. Les immenses artères sont presque vides, tout juste traversées par quelques touristes. Seule Temple Square est animée. Des familles entières et endimanchées se promènent dans les allées, près des temples et du visitor center. Dans ce décor lisse, on nous regarde étrangement avec nos shorts, nos traces de sel collées aux jambes et nos sacs à dos trop chargés. Il faut admettre que l’on fait tâche parmi toutes ces jolies robes et ces chemises blanches impeccables…

Temple Square est bordée d’un quartier résidentiel verdoyant où de jolies maisons de briques s’alignent sagement. Tout parait impeccable et rien ne bouge, pas une voiture, tout juste quelques piétons. On grimpe au sommet de la colline qui abrite un parc ombragé cerclant le Utah State Capitol, sorte de mini Washington immaculé. L’intérieur a, comme le reste de Salt Lake City, un goût de carton pâte: trop propre, trop calme, trop vide. On regrette un peu d’être venus un dimanche tout en soupçonnant que le reste de la semaine est à peine plus animé.

Coté pratique

Le logement

  • Super 8 by Wyndham Provo BYU Orem, 1555 North Canyon Road, Provo, UT 84604

Un motel classique équipé de chambres plutôt spacieuse et d’une grande piscine !Petit déjeuner inclus.

Les repas

  • The cheesecake factory, 65 Regent St, Salt Lake City

Pour un morceau de cheesecake au choix parmi une carte impressionnate.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s