Galle

30 mars 2022

On quitte les tortues vertes de Polhena pour s’enfoncer dans l’arrière pays et découvrir ce qui se cache derrière la côte ensoleillée. Le Sud Ouest du Sri Lanka est bordé de plages et de cocotiers mais aussi et surtout de buildings qui dissimulent la mer au regard de tous ceux qui empruntent la route côtière principale. En s’enfonçant derrière les rangées de maisons ayant colonisé l’autre côté de la route, on découvre un univers bien différent et plein de vie, souvent négligé par les visiteurs.

C’est dans ce secteur pavillonnaire qu’un expatrié hollandais a pourtant décidé de monter son agence de location de vélos et d’organiser des tours guidés. Une fois nos bécanes récupérées, on file donc dans les petites rues, croisant les écoliers tout en uniforme et des cinghalais cachés sous des ombrelles. Notre guide nous entraine ensuite sur des chemins traversant des palmeraies pour arriver au cœur des rizières en pleine période de récolte. Pendant que certains fauchent les tiges de riz, d’autres récoltent les grains et les font sécher sous l’œil attentif de nombreux oiseaux.

La balade se termine dans un grand jardin arboré bordant un étang couvert de nénuphars, fleur emblématique du pays. On y découvre des arbres à cannelle, quelques fruits et épices ainsi que des cocotiers. L’occasion pour nous de goûter aux king coconuts croisées tout au long du séjour dans de petits stands en bordure des routes. Pleines d’eau, elles ont un goût subtil et sucré agréable et rafraichissant, l’idéal avant de regagner notre voiture.

Avant de rejoindre les grandes villes du pays, on s’offre un dernier arrêt au bord de l’océan. Là encore, tout est dissimulé par de larges bâtiments agglutinés sur tout le front de mer. On y accède donc par la porte d’un restaurant dont la terrasse donne sur une petite plage de sable doré, pleine de charme. Quelques rangées de transats ont pris place sous les palmiers, offrant une ombre salutaire et une vue parfaite sur les eaux claires. Il règne ici une ambiance paisible et joyeuse que l’on apprécie immédiatement. Pour parfaire le tableau, depuis les tables du Wijaya Beach, on aperçoit même quelques tortues pointant le bout de leur nez entre deux vagues. Une vraie réussite !

On arrive finalement à Galle sous une chaleur étouffante. La ville nouvelle grouille de monde, de bruits et de marchands. Elle n’est composée que de bâtiments en hauteur sans charme, un peu bordéliques et pris d’assaut par une foule qu’on n’avait pas croisée depuis bien longtemps. Autant dire que l’arrivée au fort de Galle est un choc. Dans ce morceau d’histoire figé dans le temps, installé sur une sorte de presqu’île entouré d’eau et de murailles, il règne un calme et un silence déconcertant.

Ce petit bout de terre, d’abord occupé par les Portugais, a finalement été récupéré par les Hollandais qui en ont fait une place forte de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales. Retranchée derrière les murailles, la cité est devenue une place forte du commerce d’épices et de pierres précieuses. Elle semble ne pas avoir bougé depuis.

On débute notre visite par le fort en lui-même, étonnamment bien conservé, profitant du peu d’air offert par l’océan. On a l’impression d’être seuls. Pas de touristes, pas de bruits… même les locaux sont bien cachés, le plus souvent retranchés entre deux créneaux de muraille pour des rendez-vous galants. On longe ainsi les fortifications jusqu’au phare, devinant déjà les contours d’une architecture coloniale marquée.

Dans les ruelles bien sages et ordonnées, toujours silencieuses, on ne trouve pas de nuées de tuktuks, pas de voitures forçant sur le klaxon et encore moins d’animaux. On trouve au mieux quelques bicyclettes et surtout beaucoup de piétons. Galle parait être hors du temps et de l’espace, figée dans un autre univers loin du Sri Lanka que nous avons traversé pendant près de deux semaines. Dans les rues pavées, les boutiques de pierres précieuses se succèdent, parfois d’un raffinement surprenant. Elles sont accompagnées de restaurants, bars et boutiques de souvenirs finalement assez occidentalisés.

Assommés par la chaleur, on fait le tour de Galle un peu au hasard en se perdant les ruelles bien sages. Sur une grande place, des enfants se lancent dans une partie de cricket, profitant de l’ombre d’arbres immenses, apportant un peu de vie dans cet univers de calme. Au bout de quelques heures, on finit cependant par regagner l’hôtel, encore tout surpris par cette parenthèse hors du temps.

Le coup de cœur de Ptit Jo

La formidable Wijaya Beach et ses tortues, qui m’aurait presque réconciliée avec les après-midis transat’ !

Coté pratique

Un voyage organisé

Notre voyage a été organisé par l’agence Shanti et plus spécifiquement par Noémi. A l’heure où nous sommes partis au Sri Lanka, en pleine période Covid, il était obligatoire de prendre une agence. Ce n’est sans doute pas indispensable si, comme moi, vous aimez organiser seul vos trajets. C’est en revanche confortable, notamment pour organiser les transports avec un chauffeur, bien plus rapides et pratiques que le bus et le train. Nous avons été suivis du début à la fin, ayant toujours quelqu’un à contacter sur la route en cas de problème. L’agence nous a également offert un bon moment de convivialité en fin de séjour et a su s’adapter à toutes nos demandes.

Le site: https://www.shantitravel.com/fr/voyage-sri-lanka

Les activités

Idle Bikes, Godawatta, Mihiripenna, Galle 80000, Sri Lanka
The Paddy Trail 20$
Ouvert tous les jours de 7h à 18h
Le site : https://www.idlebikes.com/

Le logement

The Lady Hill Hotel, 29 Upper Dickson Rd, Galle 80000, Sri Lanka
Cet hôtel au style colonial néerlandais est situé au sommet d’une colline dominant Galle. Un peu plus haut de gamme que tous les précédents, on l’a pourtant moins apprécié en raison de tous les « chichis » du service. Les chambres sont très propres mais relativement petites. elles disposent en revanche d’un balcon. Une piscine est accessible jusqu’à 18h. C’est finalement le restaurant panoramique situé sur le toit terrasse avec vue sur la ville et l’océan qui a le plus de charme.

Les repas

Wijaya Beach, 2727+39F, A2, Unawatuna, Sri Lanka
Une fois n’est pas coutume, on s’arrête pour déjeuner dans ce restaurant réputé sur toute la cote pour ces pizzas. Si on a trouvé les pizzas bonnes mais pas inoubliables, on a en revanche été complètement charmés par l’endroit. L’étroite plage bordée de palmiers est pleine de couleur et abritent quelques tortues de mer, on les aperçoit depuis la terrasse supérieure du restaurant. Le top !

The Lady Hill Hotel, 29 Upper Dickson Rd, Galle 80000, Sri Lanka
Pour cette dernière nuit à l’hôtel, on se laisse tenter par le restaurant panoramique. Les plats sont plutôt bons et bien servis, le jus de passion est un délice.

Culture et Safari

22 mars

On poursuit notre périple culturel en partant ce matin vers la cité ancienne de Polonnaruwa, seconde capitale historique du pays bâtie par les monarques au Xe siècle.

On récupère un vélo à l’entrée du site et on file sur les allées, tantôt pavées tantôt sableuses qui traversent ce lieu historique, sorte de citadelle fortifiée. Guide touristique dans la poche, on découvre les spécificités des architectures bouddhistes et hindouistes au fil des arrêts. On apprécie particulièrement le secteur du Quadrilatère, son vatadage circulaire et ses bas reliefs étonnament bien conservés arborant lions, éléphants et divinités.

La balade est agréable et le vélo nous permet d’avoir un peu de fraîcheur. On file entre les zones boisées abritant quantités de vestiges et quelques familles de daims tachetés qui disparaissent à notre passage. Arrivé au Rankoth Vihara, on réalise cependant comme la température est élevée. Le site est entouré de sable et de rares arbres qui couvrent d’un peu d’ombre la cour. Les temples se visitant sans chaussures, on regrette vraiment de ne pas avoir pris de chaussettes ce jour-là. Le sol exposé au soleil depuis des heures est bouillant et on traverse de zones d’ombre en zones d’ombre au pas de course pour limiter les dégâts (comment avoir l’air bête…).

Un peu plus loin, nous découvrons le petit temple hindou de Shiva en pleine cérémonie. Les singes se sont regroupés autour du sanctuaire, attendant avec impatience la distribution des offrandes. Les macaques sont les plus effrontés, débarquant en famille pour se précipiter sur les bananes et pastèques. Dans les arbres, un tout petit peu plus loin, on trouve aussi des langurs, plus discrets et pourtant plus imposants. On adore leur bouille de suie qui surgit dans les feuilles sombres.

Au bout du site, quelques baraques vendent de la coco, des boissons ou des souvenirs sur le chemin de Gal Vihara. Ce secteur abrite 4 bouddhas dont 3 bien plus impressionnants que ceux que nous avions rencontrés auparavant. Si on avait croisé très peu de monde jusque là, tous les touristes semblent désormais s’être regroupés ici. Loin des zones verdoyantes, on visite un lieu très aménagé et presque sans âme que l’on apprécie finalement beaucoup moins que le reste de notre balade où la nature avait repris ses droits.

La journée se poursuit dans un environnement bien différent puisque nous partons pour notre premier safari à la recherche des éléphants d’Asie. Bien plus petits que leurs congénères d’Afrique, ils se distinguent aussi par la rareté de leurs défenses et par leur pigmentation rose sur la trompe et les oreilles. Sur les conseils de Chin, on opte pour le Hurulu Eco Park. En arrivant, on est tout de suite inquiétés par le nombre de jeeps garées sur le parking, prêtes à partir ensemble à l’aventure.

Autant le dire tout de suite, les premiers temps ne nous plaisent pas vraiment. Les voitures se suivent à la file indienne et n’hésitent pas à encercler le premier grand mâle découvert sur le chemin. S’il ne semble pas perturbé ou inquiet, cela nous fait quand même mal au cœur de le voir prisonnier d’une horde de voyageurs armés d’appareils photos. A la grande surprise du chauffeur, on demande donc à partir rapidement.

Un peu plus loin, on rencontre un second jeune mâle et, là aussi, une série de voiture s’attroupe autour de lui. Le jeune agite la trompe, remue les oreilles et gronde, mi effrayé mi agacé. Là aussi, on demande à partir, refusant de cautionner ce genre de pratiques, surtout après notre belle expérience au Botswana.

Notre chauffeur semble finalement comprendre notre problème et, passé l’étonnement, nous entraîne dans les profondeurs du parc où nous sommes désormais quasiment seuls. Il s’arrête au bord d’une forêt, coupe le moteur et attend. La magie opère de nouveau. Un éléphant sort des broussailles, puis deux, puis dix. C’est tout une famille qui débarque devant nous. On assiste à de jolies scènes, on sourit devant les petits tout poilus et, enfin, on profite du moment. D’autres jeeps apparaissent finalement et suivent notre exemple, coupant leurs moteurs pour mieux profiter et laissant les éléphants décider eux-mêmes de s’approcher ou non.

Avant de rentrer, on nous emmène sur un point de vue en hauteur pour observer le parc. A grand renfort de jumelles, on repère des tâches sombres dans une étendue d’eau et on redescend rapidement pour demander un détour à notre guide avant de rentrer. Là encore, nous serons les seuls à sortir du circuit classique et on s’en félicite : arrivés sur place, c’est un troupeau de buffles sauvage que l’on découvre barbotant dans l’eau. Dans les arbres, on aura même la surprise de découvrir des calaos de Malabar à l’énorme bec.

Après ces bonnes surprises, on repart un peu réconciliés avec le safari. Comme nous l’avons dit à l’agence dès notre retour, on espère vraiment que le Sri Lanka réglementera davantage ces activités à l’avenir pour offrir des expériences plus respectueuses des animaux, passant outre la pression de certains touristes qui veulent à tout prix « une photo avec un éléphant »…

les animaux vus par Ptit Jo

L’entelle ou langur (Semnopithecus entellus) est un singe sacré en Inde. Il vit en bande d’environ 25 individus.

Le macaque à coque (Macaca sinica) ont la peau du visage qui rougit avec l’âge.

Les éléphants du Sri Lanka (Elephas maximus maximus) n’ont que rarement des défenses. Les mâles qui en ont sont appelés tuskers.

Le buffle d’Asie (Bubalus arnee) passe une grande partie de son temps à se baigner dans les rivières et dans la boue pour se protéger des piqûres d’insectes.

Les calaos de Malabar (Anthracoceros coronatus) forment des couples unis pour la vie.

Coté pratique

Un voyage organisé

Notre voyage a été organisé par l’agence Shanti et plus spécifiquement par Noémi. A l’heure où nous sommes partis au Sri Lanka, en pleine période Covid, il était obligatoire de prendre une agence. Ce n’est sans doute pas indispensable si, comme moi, vous aimez organiser seul vos trajets. C’est en revanche confortable, notamment pour organiser les transports avec un chauffeur, bien plus rapides et pratiques que le bus et le train. Nous avons été suivis du début à la fin, ayant toujours quelqu’un à contacter sur la route en cas de problème. L’agence nous a également offert un bon moment de convivialité en fin de séjour et a su s’adapter à toutes nos demandes.

Le site: https://www.shantitravel.com/fr/voyage-sri-lanka

Les activités

Polonnaruwa
Entrée 25$
Ouvert tous les jours de 8h à 18h
La découverte du site peut se faire à pied (mais c’est long), à vélo ou en tuk-tuk. Les visites guidées ne nous ont pas semblé nécessaire, un bon guide dans le sac à dos suffit probablement. Néanmoins, si vous êtes vraiment passionnés d’histoire, de nombreux guides proposent leurs services à l’entrée du site. Comptez environ 2500 LKR les trois heures.
Pour les sites sacrées, il est nécessaire de prévoir une tenue couvrant les épaules et les genoux… ou s’équiper d’un paréo lorsqu’il fait chaud !

Hurulu Eco Park
Entrée 12$
Ouvert tous les jours de 6h à 18h30
Meilleure saison : Janvier à Mars
Moins connus que Minneriya et Kaudulla (plutôt conseillés entre juillet et octobre), ce parc présente une densité de végétation importante. On n’y trouve pas d’immenses troupeaux regroupés autour de points d’eau mais plutôt de petits groupes et des tuskers solitaires (mâle à défensess)
Seuls les chauffeurs de jeep agrémentés peuvent conduire dans les parcs nationaux. Il vous faudra donc passer par un prestataire dont le cout varie entre 5000 et 7000 LSK la demi-journée.

Le logement

Jays Holiday Resort, Threesinhagama, Habarana, Habarana, Sri Lanka
L’hôtel se situe au bout d’une toute petite route et au cœur d’un grand jardin aux airs de jungle. Les chambres sont basique mais climatisées et spacieuses. Nous avons adoré nos repas pris sur place et regrettons un peu de ne pas avoir opté pour un cours de de cuisine sri-lankaise. Un des coups de cœur du séjour.

Les repas

On a diné directement à l’hôtel. Les menus changent tous les jours et, chaque soirs, trois ou quatre entrées/plats et desserts sont proposés. La recette du rice and curry change elle aussi tous les soirs. On recommande chaudement !