State of mind

Notre dernière journée à New-York débute le long de l’Hudson après des crêpes au lemon curd grignotées dans une minuscule boutique. A quelques blocs de là, l’Hudson River Park marque le départ d’une balade qui court de la 57th au Financial District. On marche un long moment entre le bitume et le ciel bleu, entre les espaces verts et l’eau qui frappe sur le quai.

Après de longues minutes où nous croisons tour à tour joggers, vélos, basketteurs et hordes de poussettes, une grande verrière marque finalement l’entrée de la petite North Cove Marina. Les bateaux luxueux du World Trade Center amarrés là brillent au soleil. Un peu plus loin, le South Cove Park arbore de spacieux pontons où il fait bon s’attarder pour profiter du cadre verdoyant et d’une belle vue sur le New Jersey qui nous fait face.

Arrivés à Battery Park, nous remontons Broadway pour tomber nez à nez avec le Charging Bull, installé là après le krach boursier de 1987. L’endroit fourmille de touristes qui attrapent les cornes de la statue (entre autres) censées porter chance. On arrive finalement dans le quartier de Wall Street au ruelles étroites puis au New York Stock Exchange étonnamment calme.

A l’est du City Hall, on termine la visite du quartier par la traversée de l’emblématique Brooklyn Bridge et sa vue sur le quartier Downtown de Manhattan. On veille à rester sur l’allée piétonne de près de 2km, régulièrement rappelés à l’ordre par les cyclistes qui traversent à toute vitesse. A l’autre bout du pont, le Brooklyn Bridge Park s’étend sur une longue partie du front de mer de l’East River. Nous ne faisons que le longer avant de regagner le métro voisin pour rejoindre le Village.

L’arrivée à Greenwich dépayse, les maisons de ville en briques se succèdent et les hauts buildings vitrés ont laissé leur place. On arpente les rues bordées de cafés, de fleuristes ou de boutiques de déco et de vêtements. L’immeuble de Friends réveille de vieux souvenirs au 90 Bedfort Street et le Washington Square Park offre une pause bien méritée au milieu des écureuils et des joueurs d’échecs. Un peu plus loin, le Chelsea Market a investi les murs d’une ancienne usine de biscuits, The National Biscuit Company (les fondateurs des fameux Oreo). Transformé en marché couvert, il accueille restaurants et pâtisseries qui se succèdent dans les longs couloirs de style industriel du bâtiment. Le quartier semble flambant neuf et animé, entre galeries d’art et bars branchés.

Nous choisissons l’hôtel The Standard qui donne sur la High Line pour célébrer nos derniers moments sur place. La terrasse verdoyante installée sur le toit de l’immeuble offre une superbe vue sur tout le sud de New York; on y sert des cocktails colorés sur de petites tables de jardin. A l’étage inférieur, de larges baies vitrées parcourent tout le niveau: elles entourent un jacuzzi autour duquel les clients viennent profiter de la musique et du panorama. Vers 19h, la clientèle et l’ambiance change peu à peu: mannequins en talons aiguilles improbables et gravures de mode prennent possession des lieux et des canapés…Le soleil sur couche sur New-York quand nous repartons donc vers l’auberge pour visiter le dernier monument de notre liste.

Après être passés devant tous les matins, nous poussons enfin la porte de l’Empire State Building, direction l’observatoire du 86e étage (il est également possible de monter au 102e étage). A cette heure ci, il n’y a quasiment aucune file d’attente et nous pouvons circuler aux quatre coins de la plateforme pour observer la ville qui scintille sous nos yeux. Une lueur vive émane de Times Square, le Chrysler building étincelle et les files de taxis illuminent les grandes artères.

Notre première étape américaine s’achève avec cette impression d’être sur le toit du monde, des souvenirs plein la tête et des étoiles plein les yeux. A bientôt New York, nous reviendrons !

« Il y a quelque chose dans l’air de New York qui rend le sommeil inutile ».
Simone de Beauvoir

Les musées et les visites

  • Empire State Building

Tous les jours, de 8h à 2h (dernier ascenseur à 1h15)
350 5th Avenue, angle 34th St
Entrée adulte avec accès au 86e étage $34.
Entrée adulte avec accès au 86e et 102e étages $54.
Réservation en ligne: http://www.esbnyc.com/fr/acheter-des-billets

848 Washington St, New York, NY 10014, États-Unis
http://www.standardhotels.com/new-york/properties/high-line

Rêve américain

Il est tôt ce matin quand nous partons vers le sud de Manhattan où une fine brume flotte encore entre les larges rues et les buildings vitrés. Nos billets donnant accès à la couronne de la statue de la liberté en poche, nous voilà déjà à Battery Park où la compagnie Statue Cruises nous attend pour une virée en bateau. Les voyageurs embarquant avec nous sont peu nombreux malgré l’attrait apparent de cette visite. Après un premier contrôle de sécurité, les moteurs démarrent pour suivre la boucle proposée à tous les voyageurs quelques soient les billets choisis: Battery Park – Liberty Island – Ellis Island – Battery Park.

Sur les bancs de bois blancs chauffés par le soleil qui pointe finalement le bout de son nez, on profite du tour en bateau pour admirer la vue sur la skyline et prendre l’air. Arrivés sur Liberty Island, nous croisons les premiers rangers qui procèdent à de nouveaux contrôles. On nous passe finalement des bracelets autour du bras, précieux sésames qui garantissent l’accès à l’ensemble du site.

Ils nous permettront ainsi de visiter le socle de la statue où trône l’ancienne torche, de grimper sur le belvédère pour profiter d’une vue imprenable sur la baie de New-York et enfin de monter jusqu’à la couronne par un petit escalier en colimaçon, aussi bas de plafond qu’étroit (324 marches aller-retour). Quelques petites vitres forment le tour de la couronne. La vue y est plus restreinte que depuis le belvédère mais on aperçoit mieux les détails de la statue et de la torche.

En redescendant, nous entamons le tour de l’île par un petit chemin aménagé pour l’occasion. On y croise une colonie de bernaches du Canada ainsi que 5 statues représentent les personnages clefs de l’histoire du monument. Là encore, la balade est particulièrement calme.

De retour sur Manhattan, nous nous dirigeons vers Grand Central et son marché pour une pause déjeuner. La gare fait partie de ces lieux new yorkais mythiques aperçus dans des dizaines de films et de séries. A peine entrés dans le hall, on ne sait plus trop où donner de la tête. Au dessus de nous, un ciel peint et étoilé donne au lieu un charme unique. Malgré les affichages qui défilent, les passants qui se pressent et les voix qui résonnent sous la voute, une atmosphère plutôt paisible se dégage de cette gare immense.

Dans le dédale de couloirs apparait finalement le Grand Central Market, grand marché de produits frais qui s’étale sur une centaine de mètres. Épices, thés, épicerie fine, gâteaux improbables, stands italiens, espagnols ou asiatiques… Tout est là. On y achète de quoi pique-niquer avant d’aller s’installer dans un autre hall couvert de pelouse synthétique, aménagé avec des tables de jardin aux nappes de Vichy pour tout l’été. Sur cet air de vacances, nous décidons d’une pause dans notre programme de visite: direction Coney Island, à l’extrême Sud de Brooklyn.

Une heure plus tard et à peine sortis du métro, la vue sur les vieilles montagnes russes au charme désuet et la longue plage de sable nous transporte dans un autre univers. Coney Island est sans doute pour les touristes un lieu insolite, il est pourtant prisés par les New Yorkais.

Sur le chemin de la plage, les odeurs de hots dogs, de bonbons et de barbes à papa flottent jusqu’à nous. On s’installe un moment sur le sable pour écrire nos cartes postales, tremper les pieds dans l’eau et profiter d’un repos bien mérité au bord de l’Atlantique un peu agité.

Sur le front de mer, la promenade Riegelmann tout en bois délimite les contours du Luna Park qui nous tend les bras. Entre attractions originales et grands classiques, on y passe un vrai bon moment, parfois bercés par la musique des différents stands, parfois parcourus de vrais frissons… Nos attractions préférées? PlatinumWristband (chaises volantes), Steeplechase (littéralement assis sur un cheval), Soarin Eagles (des montagnes russes réalisées allongés et suspendus dans le vide !) ou encore Thunderbolt et sa chute verticale… On ne regrette vraiment pas le détour.

Pour achever cette journée parfaite, nous retournons sur Times Square pour passer la soirée au Ellen’s Stardust Dinner. On y vient sans doute pas pour la nourriture (poulet, gaufre liégeoise et haricots dans le même plat, ça surprend…), on pousse peut être un peu la porte pour la décoration mais on afflue surtout pour les serveurs !

Tous rêvent de réussir à Broadway et enchainent les performances vocales entre deux commandes. Grands classiques de comédies musicales ou tubes du moment, les chansons se suivent et on en oublie presque les assiettes. Un serveur passe entre les clients, un plateau dans une main, un micro dans la seconde. Un autre se retrouve bientôt se dandinant sur une banquette entre deux tables… Prestations en solo, duos ou quatuors, le spectacle est permanent. Au vu du nombre de ses compatriotes présents ce soir là, notre serveur, français, se lance dans une interprétation de Comme d’habitude qui conclura la soirée. On lui souhaite bon courage en lui laissant un petit mot sur l’addition et on quitte ce lieu unique en chantonnant sur le trajet du retour.

Pour un aperçu de notre diner, il suffit de cliquer !

Côté pratique

Les musées et les visites

  • Statue de la liberté

Tous les jours, de 9h à 17h
Entrée adulte avec accès à la couronne $21,55.
Réservation en ligne:  https://www.statuecruises.com/statue-liberty-and-ellis-island-tickets#/
Attention les contrôle de sécurité sont stricts et longs. la consigne est obligatoire pour les sacs à dos. Pour une date fixée, les billets pour la couronnes ouvrent 4 mois à l’avance et ferment 2 mois avant la date.

  • Luna Park

Horaires variables, à vérifier ici: http://lunaparknyc.com/plan/park-hours/
Pour s’y rendre: lignes D, F, N et Q jusqu’à la station CONEY ISLAND STILLWELL AV
Les attractions: http://lunaparknyc.com/explore/rides/

  • Prix raisonnables mais passages réguliers pour les « tips » qui aident à financer les cours de chant et de danse des serveurs.

Prendre de la hauteur au Rockfeller

Comme tous les matins, nous commençons la journée par un énorme petit-déjeuner sur la terrasse ensoleillée du « Pain Quotidien » de Park Avenue, point de départ idéal pour nos balades et secteur prisé des fameux dog-sitters. L’occasion de parcourir pour la centième fois nos guides de voyages et de repenser le programme de la journée tout en observant le flot de passants et de taxis jaunes.

Dernier musée de notre séjour, nous choisissons de commencer par le Museum Of Modern Art. Présenté comme le temple de l’art moderne, nous attendions beaucoup du MOMA. L’architecture du lieu ne nous a pas emballés et deux étages étaient fermés pour cause d’installation (ce qui n’était pas signalé à l’entrée). On y retrouve malgré tout quelques œuvres de Pollock ou Picasso ainsi que les célèbres soupes Campbell et les Marilyn d’Andy Warhol. On profitera finalement plus longtemps du jardin des sculptures et de sa terrasse que des étages un peu décevants du musée…

Étape New-yorkaise incontournable, nous voilà arrivés au Rockfeller Center après quelques détours. Un simple trajet en ascenseur nous emmène sur le Top of The Rock pour découvrir une plate-forme d’observation à la vue spectaculaire. Du haut de ces 70 étages, on devine les silhouettes du Chrysler et de l’Empire State Building qui se détachent de la skyline. La statue de la liberté se fond dans la brume de l’Hudson et parait minuscule à côté des tours vitrées de la City. De l’autre côté, l’immense rectangle de verdure qu’est Central Park s’étend à nos pieds. On profite du panorama un long moment tout en repérant les quartiers déjà traversés ou les terrasses aménagées en jardin et restaurant.

De retour les pieds sur terre, un arrêt s’impose à la Magnolia Bakery sur les traces de Carrie Bradshaw. La foule y est dense et il faut jouer un peu des coudes pour grignoter un de leur célèbre cupcake ou goûter leur cheesecake au citron vert. Nos pâtisseries sont toutes juste avalées quand nous arrivons devant la majestueuse New York Public Library, autre symbole de la ville.

Patience et Fortitude, les deux lions de marbre rose, montent la garde à l’entrée du bâtiment. Le grand hall récemment rénové est simplement majestueux et donne accès à deux escaliers qui mènent aux  salles de lecture…. fermées pour rénovation ! Déception suprême. Tout en déambulant dans les couloirs frais et quasiment désert de la bibliothèque, on se promet de revenir à New York pour la redécouvrir entièrement restaurée.

A défaut d’avoir pu s’émerveiller devant les rangées de livres plus au moins anciens de la salle de lecture, nous nous rabattons sur Midtown Comics pour une plongée chez nos héros préférés. Installée au 1er étage d’un immeuble, il faut gravir un escalier étroit pour accéder aux rangées de bandes dessinées et aux collections de figurines de la boutique. A la recherche de souvenirs à rapporter, on passe de longues minutes à fouiller dans les bacs et à étudier les graphismes colorés protégés par leurs couvertures plastifiées. Dans la boutique Nintendo voisine, l’heure est aussi aux souvenirs d’enfance. Entre les peluches Pokemon et les Yoshi bariolés, on s’offre une partie de Mario Kart endiablée avant de filer vers un nouveau quartier.

Quelques stations de métro plus tard, nous découvrons la High Line, ancienne voie ferrée aérienne aujourd’hui transformée en parc suspendu depuis 2009.  Sur le même modèle que la coulée verte parisienne, elle traverse le Meatpacking district et Chelsea sur un peu plus de 2km. Avec son théâtre urbain, ses amateurs de yoga ou ses locaux lézardant sur des transats de bois, on goûte à une atmosphère paisible tout au long de la balade. L’occasion d’observer une exposition d’art temporaire pleine de charme après la déception du MOMA.

En remontant vers Times Square, nous rencontrons les deux Naked CowBoys avec leurs bottes et leurs guitares. Pas le temps de s’attarder cependant, le New Amsterdam Theatre nous attend pour une représentation d’Aladdin, The Musical.

Décors superbes, costumes colorés, illusions, humour, génie fabuleux et longuement acclamé…. Notre journée finit donc en musique par un moment magique à Broadway. « Exactly what you wished for… »

 

Côté pratique

Les musées et les visites

  • MOMA : 11 West, 53 Street

Tous les jours, de 10h30 à 17h30
Prolongation jusqu’à 20h le vendredi
Entrée adulte $25. Gratuit le vendredi de 16h à 20h.
Attention au sac-à-dos, même les rouges, la consigne est obligatoire et la file d’attente importante.
Réservation en ligne: https://www.moma.org/tickets/select

  • Top of The Rock : W 52th Street entre la 6ème et la 5ème Avenue.

De 8h à minuit, dernier ascenseur à 23h
Entrée adulte $40
Réservation en ligne : https://www.topoftherocknyc.com/ticket-menu/

  • New York Public Library : 5th avenue à la hauteur de la 42nd Street

Lundi, jeudi et samedi, de 10h à 18h
Mardi et mercredi, de 10h à 20h
Dimanche, de 13h à 17h
Entrée gratuite


Nos boutiques préférées

  • Midtown Comics: 200 W 40th Street
  • Nintendo store: 10 Rockfeller Plaza

  • nue
  • Magnolia Bakery : 1280 Avenue of the Americas

Mise au vert à Central Park

Encore un peu sous l’effet du décalage horaire, nous commençons notre matinée culturelle dont la Frick Collection, située dans l’allée des Millionnaires, est la première étape. En poussant la porte de l’ancien hôtel particulier de Henry Clay Frick, on fait un saut dans le XXe siècle où les salons se succèdent autour d’un patio fleuri. L’édifice abrite des peintures du XVIIIe et une collection d’émaux bien qu’on vienne surtout admirer la salle Fragonnard. Les visiteurs sont peu nombreux et une heure nous suffit pour faire tranquillement le tour du musée.

En sortant, changement d’ambiance et pèlerinage vers nos souvenirs d’enfance au 7E 75th Street : la maison de Maxwell Sheffield se cache dans cette rue discrète près de Central Park. On jette un peu bêtement un coup d’œil par la fenêtre comme pour y voir passer cette Nounou d’enfer qui nous a fait tellement rire.

Toujours en bordure du parc, le Metropolitan Museum of Art nous paraissait être un arrêt incontournable de notre visite à New York. Avec ces deux millions d’œuvres d’art couvrant 5000 ans d’histoire et provenant de tous les continents, il est sans doute difficile de tout voir dans une journée. Quelques heures de balade nous offrent tout de même un bon aperçu du MET.

On y circule avec émerveillement entre les galeries d’art primitif ou d’art égyptien (dont le fameux Temple de Dendur) et dans les couloirs couverts de peintures européennes. Certaines salles sont baignées de lumière extérieure comme la superbe Charles Engelhard Court ou le couloir des sculptures romaines d’un blanc immaculé. Après avoir cherché un moment l’ascenseur (seul moyen de grimper jusqu’à la terrasse), nous voilà au 5ème étage du musée transformé en rooftop qui offre une vue dégagée sur la skyline de l’ouest et le sud de Manhattan.

Après l’avoir aperçu depuis la terrasse, nous nous dirigeons désormais avec entrain vers Central Park. Le décor change au fil des chemins et de belles découvertes nous attendent à chaque recoin du parc.

Sur le Conservatory Water, des modélistes plus ou moins aguerris pilotent leurs bateaux miniatures qui glissent sur le reflet des immeubles. Non loin de là, de jeunes acrobates escaladent autant les rochers que la statue d’Alice aux Pays des Merveilles. On grimpe nous aussi sur le Belvedere Castle pour profiter de la vue sur le parc avant de reprendre la promenade le long des sentiers qui traversent le parc. Le nez au vent, nous gagnons le Strawbeery Fields dédié à la mémoire de John Lennon. A l’ombre d’immenses ormes, quelques guitaristes y fredonnent Imagine sur un banc de bois.

Un peu plus loin près du lac, un véritable embouteillage de barques entache un peu le charme du décor du Loeb Boathouse. Le Mall et la fontaine de Bethesda voisins sont, eux, envahis de ballons blancs pour célébrer un mariage.

Notre visite se termine par le zoo de central park dont les enclos offrent de multiples points de vue sur la skyline de Manhattan. On y trouve d’énormes otaries, d’adorables pandas roux, des singes des montagnes ou encore des panthères des neiges ainsi que quelques terrariums et une serre tropicale où les oiseaux circulent librement. Un rapide repas et nous repartons vers les rues agitées de Midtown, loin du calme et de la sérénité de cet upper West Side plein de charme.

A l’approche de l’intersection de Broadway et de la 7th avenue, les lumières de Times Square éclairent déjà les rues parallèles. Publicités géantes pour les comédies musicales, panneaux lumineux, frénésie de taxis jaunes, de passants… et de personnages de cinéma. On croise en effet quelques Mignons et Captain America ainsi qu’un nombre improbable de faux SpiderMan se suspendant aux lampadaires au coin des rues…

Même si les boutiques de souvenirs nous attirent l’œil, nous nous laissons plutôt aller à pousser la porte des magasins de notre enfance. M&M’s World est la première de la série avec son odeur de chocolat et sa multitude de produits dérivés. Sur près de 3 étages, les étagères croulent sous les peluches, T-shirts ou autres gadgets. Les murs du rez de chaussée sont couverts de ces petites billes multicolores qui dévalent dans les sacs des enfants.

Un peu plus loin, le Disney store grouille de monde. Robes de princesses, château, déguisement de super héros, peluches par millier et musique de la Reine des neiges dans les oreilles… on en prend plein les yeux et on plonge dans nos souvenirs avec bonheur.

Un dernier arrêt au Toys’r Us nous fait découvrir une grande roue au décor de jouets et de dessins animés. Des nacelles Scooby Doo et Monopoly tournoient sous les lumières colorées pendant que l’on observe les étages supérieurs depuis la rambarde. Au dessus de nous, de gigantesques sculptures de Lego reprennent tous les symboles et monuments célèbres de la ville. On tombe tour à tour sur un dinosaure, Superman ou une maison de Barbie à taille humaine en circulant dans les allées. A la sortie, un stand Wonka reprend les décors féériques de Charlie et la chocolaterie. La journée s’achève sur ces notes enfantines et nous retournons à notre auberge avec des étoiles plein les yeux.

 

Côté pratique

Les musées

  • Frick Collection : 1E 70th Street

Du mardi au samedi, de 10h à 18h
Dimanche, de 11h à 17h
L’entrée classique est de $20. Le dimanche de 11h à 13h, le musée fonctionne cependant sur le principe du don.

  • MET: 1000 Fifth Avenue

Du dimanche au jeudi, de 10h à 17h30
Vendredi et samedi, de 10h à 21h
Le Metropolitan Museum of Art est financé principalement grâce à l’argent du parrainage mais fonctionne sur le principe du prix d’admission suggéré. Le prix recommandé pour l’entrée est de $25.
Pour préparer sa visite: http://www.metmuseum.org/fr-fr/visit et http://maps.metmuseum.org/

 

Nos boutiques préférées

  • M&M’s World New York : 1600 Broadway
  • Disney store: 1540 Broadway
  • Toys’r Us: 1514 Broadway, malheureusement fermé depuis notre visite.