Les chutes Victoria, côté Zambie

23 septembre 2021

A l’autre bout du pont, le parc Zambien n’a rien à voir avec celui du Zimbabwe découvert le matin. L’entrée se fait dans une zone boisée beaucoup plus sèche et la visite est un peu plus escarpée. Le sentier permet de descendre au bord de l’eau, tout au pied du canyon. Elle se fait par une longue volée de marches entourée d’une végétation dans laquelle babouins et varans ont élu domicile. A mesure que l’on descend, elle se fait plus dense et plus verte sans pour autant ressembler à cette mini jungle croisée le matin.

Les derniers pas se font dans la roche où de petits filets d’eau serpentent pour finalement offrir un joli point de vue sur le large pont de métal. Il fait de plus en plus chaud. Pour la première fois, on sent notre peau rôtir au soleil et on la voit rougir au fil des heures.

De retour au sommet, la balade est nettement plus tranquille. Les chutes sont ici plus minérales, plus brutes et sans doute moins abondantes. La roche prend cependant de jolies nuances, parcourues par des petites cascades qui créent parfois des arcs en ciel au-dessus de la rivière. Les singes s’aventurent jusqu’ici, squattant ponts et chemins sans la moindre gêne. On les croise en famille, grimpant sur les garde-corps ou bronzant au soleil sous le regard mi méfiants, mi attendris des photographes.

Sur l’autre rive, on aperçoit quelques personnes qui semblent ridicules au sommet de ces grandes cascades. les plus intrépides peuvent en effet se baigne dans la devil’s pool, juste au bord du vide. On passe notre tour et on poursuit sagement sur le sentier brûlant. De ce côté de la frontière aussi, on fait le tour relativement rapidement. Il n’est même pas 16heures lorsqu’on retourne vers le lodge, pour la dernière étape de ce joli périple.

Le coup de cœur de Ptit Jo

Les points de vue du côté de Rainbow Falls

Coté pratique

Un voyage organisé

Notre voyage a été organisé par l’agence Hors-piste et plus spécifiquement par Antoine. S’il n’est pas indispensable d’être accompagné pour la Namibie, il était en revanche indispensable de l’être pour le Botswana. Aussi, le recours a une agence pour combiner les deux destinations a été un véritable gain de confort. Nous avons été suivis du début à la fin, ayant toujours quelqu’un à contacter sur la route en cas de problème. L’agence nous a également toutes nos procédures Covid (réservation de tests, suivi des résultats) et nous a aidés à obtenir les visas. Bref, nous sommes partis en confiance !

Le site: https://www.horspistes-afrique-australe.com/

Les activités

Côté Zambie, le tarif est de 20 USD par adulte.

La meilleure période pour visiter les Chutes Victoria au pic de leur débit est généralement entre février et mai, juste après la saison des pluies. Entre août et janvier, les niveaux sont plus bas, ce qui rend les chutes moins impressionnantes. Pour autant, on a trouvé que la visite en valait la peine, les chutes restent marquantes même à cette saison !

Côté horaire, les meilleures seraient :

  • à l’ouverture pour le lever de soleil
  • à 14h pour les arcs-en-ciel

Il est également possible, à certaines dates et durant l’été, d’apercevoir un arc-en-ciel de Lune. Le parc ouvre exceptionnellement ces portes durant la nuit pour permettre aux voyageurs de découvrir ce phénomène plutôt inhabituel. Plus d’infos ici: https://www.victoriafalls-guide.net/lunar-rainbow.html

Le logement

Kamunjila Lodge, 55 Mwela St, Livingstone, Zambie
Situé au centre de Livingstone et à 10km des chutes, ce petit lodge propose des prestations simples mais efficaces. On apprécie son engagement écolo : douches chauffées au solaire, biogaz pour la cuisine, potager bio et bouteilles en verre.

Les repas

On a diné directement au lodge. Un repas assez classique et tout à fait occidental mais bon !

Les chutes Victoria, côté Zimbabwe

Après un dernier tour dans le parc de Chobe et une nouvelle traversée de frontière, nous arrivons désormais en Zambie pour la fin de notre roadtrip en Afrique Australe. Notre agence nous accueille dans son lodge miniature où quelques maisons blanches entourent un jardin et une piscine. On y rencontre Antoine qui a organisé et suivi notre périple à distance et on en profite pour lui raconter toutes nos péripéties de vive voix.

Après plusieurs jours au fin fond du bush, on prend aussi quelques minutes pour profiter d’une connexion internet et, surtout, rassurer les membres de nos familles qui, pour certains, nous voyaient déjà avalés par un lion. On s’amuse beaucoup en leur racontant les rugissements des lionnes, les serpents cachés dans les arbres et les éléphants un peu trop curieux. La nuit tombe rapidement. On savoure un bon repas chaud sur la terrasse et on s’écroule dans notre lit à baldaquins. Plus qu’une journée pour en prendre plein les yeux.

23 septembre 2021

Après quelques pancakes et un grand verre de jus de fruit, on file dans un taxi à la frontière la plus proche pour y découvrir les chutes victoria côté Zimbabwe d’abord. On montre visa, passeport et tests PCR et on s’embarque dans une traversée de la frontière… à pied ! une route goudronnée s’enfonce entre des clôtures, sans aucune vue sur les chutes voisines les premiers temps. En revanche, on y croise quelques babouins chacma occupés à fouiller les poubelles, à grimper sur les camions avant de disparaitre dans la végétation. On souffre un peu de la chaleur sur cet espace de goudron avant d’arriver au pont qui survole le Zambèze et de pouvoir observer une toute petite partie des chutes. Au bout du chemin, après avoir passé l’autre poste de frontière, on arrive à l’entrée du parc national des chutes.

Même si on ne savait pas trop à quoi s’attendre, on ne s’attendait pas du tout à un tel décor. L’entrée du parc est un joli bâtiment de bois et de verre incluant une boutique qui déborde de peluche. Le hall passé, un petit sentier serpente dans la verdure et la fraicheur pour longer les chutes sur plusieurs kilomètres. Si le Botswana était nettement plus vert que la Namibie, on était tout de même loin de s’attendre à autant de verdure et d’humidité. A l’ouest du parc, on trouve sans doute mon point de vue préféré sur une première chute d’eau qui s’efface en un grand fracas dans un canyon étroit, soufflant des nuages de gouttelettes au-dessus de la rivière.

En allant vers la partie est, l’environnement change vraiment en fonction de la proximité de la chute. Au plus près, on est presque dans la jungle avec de larges fougères humides poussant partout.

Un peu plus loin, une prairie herbeuse parcourue de quelques fleurs ouvre un large panorama sur les chutes et la frontière. Bordant le canyon, le chemin exposé en plein soleil et pourtant frais, rafraichi par d’énormes nuages de gouttelettes qui s’élèvent dans le ciel depuis le pied des chutes les plus puissantes. Nous sommes là au plus bas de la saison et le débit est pourtant déjà impressionnant.

On est complètement dépaysés et assez charmés par cette balade qui se fait tranquillement en quelques heures, arrêts photos inclus. Elle s’achève avec une vue sur la partie la plus sèche des chutes et un promontoire rocheux aux airs aussi dramatiques que colorés.

En sortant, un grand marché artisanal attend les touristes. De la musique résonne au rythme des mains qui battent les tamtams et des danseurs en tenue traditionnelles. De larges parterres de statuettes en bois ou en pierre luisent au soleil pendant que les passants cherchent la bonne affaire ou le cadeau parfait. On y fait nous aussi nos derniers achats avant de regagner la frontière, un peu déçus de ne pas avoir le temps de visiter la ville de Victoria Falls qui paraissait charmante.

Pour la suite ? On retourne en Zambie !

Le coup de cœur de Ptit Jo

Les points de vue du côté de Devil’s cataract, à l’Ouest du parc

Coté pratique

Un voyage organisé

Notre voyage a été organisé par l’agence Hors-piste et plus spécifiquement par Antoine. S’il n’est pas indispensable d’être accompagné pour la Namibie, il était en revanche indispensable de l’être pour le Botswana. Aussi, le recours a une agence pour combiner les deux destinations a été un véritable gain de confort. Nous avons été suivis du début à la fin, ayant toujours quelqu’un à contacter sur la route en cas de problème. L’agence nous a également toutes nos procédures Covid (réservation de tests, suivi des résultats) et nous a aidés à obtenir les visas. Bref, nous sommes partis en confiance !

Le site: https://www.horspistes-afrique-australe.com/

Les activités

Côté Zimbabwe, le tarif est de 30 USD par adulte.

La meilleure période pour visiter les Chutes Victoria au pic de leur débit est généralement entre février et mai, juste après la saison des pluies. Entre août et janvier, les niveaux sont plus bas, ce qui rend les chutes moins impressionnantes. Pour autant, on a trouvé que la visite en valait la peine, les chutes restent marquantes même à cette saison !

Côté horaire, les meilleures seraient :

  • à l’ouverture pour le lever de soleil
  • à 14h pour les arcs-en-ciel
Le logement

Kamunjila Lodge, 55 Mwela St, Livingstone, Zambie
Situé au centre de Livingstone et à 10km des chutes, ce petit lodge propose des prestations simples mais efficaces. On apprécie son engagement écolo : douches chauffées au solaire, biogaz pour la cuisine, potager bio et bouteilles en verre.

Les repas

On a diné directement au lodge. Un repas assez classique et tout à fait occidental mais bon !