Péninsule de Snæfellsnes

5 novembre 2019

Ce matin nous quittons à regret les fjords pour la péninsule de Snæfellsnes, nettement plus connue et touristique. Pour changer un peu, on embarque dans un ferry quasiment vide où des salons plus ou moins grands sont disponibles à tous les étages. On choisir un lieu en hauteur, face à la mer, guettant du coin de l’œil les dernières baleines. En vain. On s’installe finalement avec nos ordinateurs et jeux de société tout en profitant de la balade malgré quelques tendances au mal de mer. Alors que le port de Stykkishólmur approche, on observe cette longue bande de terre qui forme la péninsule. Les guides nous y promettent un cadre exceptionnel où se succèdent montagnes imposantes, longs fjords et paysages vallonnés. Largement grignotée par le trajet, cette journée est l’occasion de rouler simplement en observant le paysage annoncé jusqu’à la célèbre Kirkjufell. Sur le port, les mouettes dansent un ballet au dessus des falaises de basaltes et des maisons typiques en attendant notre arrivée.

Tous ceux qui un jour ont envisagé de venir en Islande ont déjà vu cette montagne, couverture de mon nombre de documents sur cette ile nordique. On l’imaginait accessible après une petite balade, elle est en réalité collée à la route (qui à ce moment là, était en plein travaux). En chemin, on croise nos premiers bus touristiques… et on s’inquiète. Arrivés sur place, on tombe sur une mariée posant bras nus devant la cascade dans un froid glacial… elle a le visage tout pale et ressemble à un fantôme glacé. Plus étrange encore elle est seule avec le photographe. Aucun doute, Kirkjufell a tout de « la pose photo » qui fera fureur sur les réseaux sociaux. On est finalement assez déçus par ce lieu et surement plus charmés par le fjord voisin.

La soirée qui s’annonce nous réconcilie cependant avec la petite ville voisine: les aurores sont annoncées ! On file en voiture, le nez collé au vitre et les yeux un peu sur la route… et les premières lueurs vertes apparaissent. Installés près d’un champs de lave, on observe la scène avec délice face aux vagues vertes qui illuminent le ciel. Même si ce soir les aurores étaient timides, on ne se lassera sans doute jamais de ce spectacle.

6 novembre 2019

La partie nord de la péninsule est peuplée de ces adorables chevaux islandais qu’on adore câliner pour commencer la journée. Les grandes prairies d’herbes jaunes qu’ils parcourent filent jusqu’aux montagnes enneigées et on aperçoit bientôt le Snæfellsjökull. Si son nom ne parle pas forcément de premier abord, le glacier est pourtant devenu célèbre lorsque Jules Verne en a fait le décor de son roman Voyage au centre de la Terre. La légende raconte qu’entre ces deux pics, une grotte conduit à un monde souterrain fantastique. C’est aussi ça l’Islande: des histoires de trolls, d’elfes, de fées et de mondes magiques…une légende à chaque décor.

Les prairies disparaissent au fil des kilomètres et laissent désormais place à des champs de lave. Au milieu de ce décor chaotique, on trouve le cratère de Saxhóll dont le sommet désormais effondré sur lui même est accessible à pied. Le vent souffle sur l’escalier de métal qui court le long du volcan mais l’ascension est rapide et vaut bien un petit arrêt.

Au bout d’un autre champ de lave, une route étroite conduit à Djúpalónssandur, une plage de galets noirs abritant les restes rouillés d’une épave de bateau, dissimulés entre les falaises de lave. L’endroit est étrange, à la fois rude et gracieux. Une partie de la baie est figée dans la glace tandis que les vagues frappent avec vacarme sur les galets tout proches. On trouve en route quatre « lifting stones » : une pancarte nous explique que les matelots testaient leur force en soulevant ces pierres pour mériter de monter à bord des navires. La première, dédiée aux petites natures, pèse tout juste 54kg… les véritables marins pouvaient, eux, soulever la dernière pierre de 154kg. A l’évidence, on n’était pas près de naviguer !

Passée la balade sur la plage, on gagne le sud de la péninsule pour s’aventurer dans les gorges de Rauðfeldsgjá, une sorte de couloir ouvert dans la roche au pied d’une falaise immense. La montagne, comme fendue en deux, laisse s’échapper un ruisseau glacé qui givre l’herbe et la roche sur son passage. En suivant son tracé, on pénètre dans la faille au cœur d’impressionnantes parois couvertes de mousse. En équilibre sur les pierres luisantes, on remonte le cours d’eau jusqu’à une petite cascade sans oser s’aventurer plus loin sans équipement. On aurait pourtant adoré aller plus loin et découvrir le cœur de ces falaises majestueuses.

Notre dernière étape nous entraine à nouveau vers la plage pour une rencontre animalière. Sur Ytri Tunga, les chances de tomber sur une colonie de phoques en pleine sieste sont grandes. Malheureusement le soleil se couche déjà et on commence à doute de la réussite de notre entreprise. En chemin, Búðakirkja, l’église noire, nous impose un détour photo qui n’arrange pas nos problèmes d’horaires. beaucoup plus tard que prévu, une piste carrossée nous emmène enfin jusqu’à la ferme abandonnée de Ytri Tunga. Sur la plage, pas de phoques… on avance un peu dans les rochers pour tomber sur d’imposants moutons islandais en plein diner… d’algues ! Ils se promènent avec aisance dans les blocs de pierre sombres et nous entrainent loin du parking. Le soleil est presque couché et le ciel prend des nuances bleutées particulièrement douces. Au loin, les montagnes se couvrent de nuages et disparaissent peu à peu. C’est le moment que choisissent les premiers phoques pour apparaitre discrètement, laissant seulement apercevoir le haut de leur tête. A la lisière des vagues, un autre s’est laissé échouer sur les algues et se laisse balloter pour les remous de la mer. Ses yeux s’ouvrent et se ferment doucement, comme s’il sombrait tranquillement dans un sommeil profond. L’heure pour nous de le laisser tranquille et de poursuivre notre chemin jusqu’à l’hôtel.

Coté pratique

Le logement

Grundarfjordur Guesthouse and Apartments, Hlidarvegur 15, 350 Grundarfjörður, Islande
Un guesthouse très propre en bordure du fjord. les chambres ne sont pas très grandes mais confortables.

Hotel Hafnarfjall, Hafnarskógur, 311 Borgarnes, Islande
Ici, on retrouve un peu l’esprit des motels américains. les chambres sont basiques mais largement suffisantes, le patron très sympa et les petits déjeuners copieux. Un jacuzzi est disponible à l’extérieur avec vue sur le fjord… ou sur les aurores boréales !

Les activités

Baldur Ferry, départ 12h – arrivée 15h
A réserver ici: https://guidetoiceland.is/fr/reserver-islande-voyage/ferry-brjanslaekur-flatey-stykkisholmur

Les repas

Sjavarpakkhusid, Hafnargata 2a, Stykkisholmur 340 Islande
On se régale d’un burger de poisson et de pommes de terres sautées qui fondent dans la bouche. Un bonheur dans un cadre typique et chaleureux avec vue sur le port

Arnarstapi Center and Snjofell Restaurant, Arnarstapavegur, Arnarstapi Islande
Soupes et pizzas bien chaudes à partager, servies dans une salle moderne flambant neuve avec de grandes baies vitrées… leurs cookies sont énormes !

2 commentaires sur “Péninsule de Snæfellsnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s