Les lumières du Nord

5 novembre 2018

Chaque soir, le nez dans la tisane et bien au chaud, un seul rituel revient : le suivi minutieux des prévisions météo. Le ciel d’Islande est un attrait majeur de l’hiver et notre première expérience des aurores boréales n’a été qu’un avant-gout.  Ce soir est notre dernière vraie chance de les observer. On scrute donc le déplacement des nuages et l’intensité des vents solaires. Vers 23h, une éclaircie se devine par la fenêtre et on commence enfin à distinguer les étoiles. Par la grande baie vitrée du salon plongé dans l’obscurité, on surveille avec attention l’apparition d’un voile clair dans le ciel. Les minutes passent et rien ne bouge, pourtant on y croit. 23h20, les yeux plissés, le nez collé contre la vitre, on devine enfin une éclaircie. Ni une ni deux, on file dehors vérifier cette impression : pause longue programmée, suspens et lumière verte qui apparait sur l’écran… Les aurores arrivent !

Avec une excitation similaire à celle d’un enfant de cinq ans découvrant Disneyland, on remet nos nombreuses couches anti froid et on part sur les routes noires à la recherche d’un lieu isolé. La plage de Reynisfjara survolée lors de la tempête n’étant qu’à quelques kilomètres, on opte rapidement pour cette voie. A notre arrivée, le ciel se colore déjà de douces lumières vertes diffuses. On s’équipe plus vite que jamais avant de s’installer sur la plage de sable sombre. A l’est, le phare de Dyrholaey balaie la nuit noire mais ne suffit pas à éclairer la plage. Si la mer semble tranquille et le bruit des vagues rassurant, on reste tout de même à proximité du parking pour ne pas se faire surprendre dans l’obscurité. Une grande trainée verte fend soudain le ciel tel un arc en ciel. Le spectacle commence.

Le ciel s’agite sous nos yeux et les aurores prennent des formes multiples. Des taches diffuses apparaissent ici et là tandis que certaines aurores dansent au-dessus des falaises et flottent comme des rubans. Partout, les lumières du Nord se révèlent. Un incroyable rideau lumineux semble désormais longer la mer et laisse deviner des jolies lueurs violettes. Après de longues minutes, il s’efface en un nuage vert intense puis laisse place à l’obscurité. A l’Ouest, de timides lueurs font à leur tour leur apparition. Elles s’élèvent vers le ciel à la verticale telle une rangée de bougies puis fuient elles aussi en dansant au-dessus des falaises. On reste là deux heures, la tête en l’air, fascinés par ce voyage unique. La morsure du froid et du vent devient cependant difficile à supporter. Les doigts sont gelés et les bouger simplement devient pénible, de longs frissons nous parcourent de part en part et la fatigue se fait sentir. Les lumières, elles, perdent doucement en intensité et en régularité. Il est temps de regagner notre chambre, à jamais marqués par cette nuit magique.

Au réveil, Reynisfjara nous appelle à nouveau. La météo semble clémente et la mer relativement tranquille, on tente à nouveau notre chance. Il y a foule ce matin-là mais la plage est dégagée. Les falaises baignées de soleil se découvre enfin et des nuées de centaines d’oiseaux planent au-dessus de nos têtes. On découvre finalement l’étendue des colonnes de basaltes qui s’élèvent sur des dizaines de mètres au-dessus d’une grotte sombre. Au loin, les falaises de Dyrholaey ont cessé d’être battues par les flots et on découvre seulement la fameuse arche.

Quelques heures de route nous séparent de Reykjavik pour cette dernière journée de voyage. On la parcourt sur fond d’Hyperballad de Björk et de ses paroles inspirées.

We live on a mountain
Right at the top
There's a beautiful view
From the top of the mountain

La route est comme toujours superbe et contrastée, entre prairies d’automnes et monts enneigés. Une dernière caresse aux poneys et déjà Reykjavik apparait au bout du chemin. Magnifique Islande c’est promis, nous reviendrons bientôt.

Coté pratique

Le logement

Base Guesthouse by Keflavik Airport, 57 Valhallarbraut, 262 Keflavík, Islande
Hôtel quelconque mais idéalement placé pour un départ matinal à l’aéroport de Keflavik

Les prévisions météo

Pas mieux que ce site ! On y trouve tout et plus particulièrement la position des nuages heures par heures et les prévisions d’intensité. Nous les avons vu ce soir là avec une prévisions de 3 sur 9 et le spectacle était déjà marquant. On espère en voir un jour où les prévisions sont à 5 !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s