D’eau et de glace

4 novembre 2018

L’Hali hôtel se révèle sous une douce lumière matinale. Arrivés de nuit la veille, nous n’avions repéré ni les sommets enneigés, ni le lac entourant le complexe… ni les poneys islandais se promenant joyeusement autour de l’hôtel tout en faisant visiblement tourner en bourrique leur propriétaire !

20181104 (4)

Le petit déjeuner englouti, on file découvrir le clou de notre séjour, le glacier Vatnajökull qui couvre 10% de l’Islande et est aussi étendu que la Corse. Tout de suite, ça en impose. Armés de casques et de crampons, on monte dans d’énormes 4*4 qui tiennent plus du monster truck que du paisible SUV. Le haut des roues nous arrivent à la taille et on se croirait presque partis pour explorer la Lune…. Au volant de cet engin hors normes, notre chauffeur est un étrange mélange de viking et de hippie. Blond, grand et costaud, il est coiffé d’un bonnet à grosses fleurs roses et de  lunettes rondes et colorées très années 70. Entre deux explications scientifiques sur le glacier, il dérive sur les rencontres, le karma et la positive attitude. Tout un programme !

Pendant ce temps, les pneus crissent un peu. On s’enfonce dans certaines zones moins givrées avant d’être brimbalés dans les champs de bosses. D’immenses étendues vallonnées de glace bleue gris s’étendent autour de nous. Bien plus loin, on devine les falaises de glace au pied des montagnes. L’endroit est incroyablement grand, rude et dépaysant. On nous dépose entre deux monticules de glace mêlée de cendre noire. A quelques mètres se cache l’entrée d’une grotte de glace plus ou moins aménagée.

Malgré le petit groupe de visiteurs, la grotte conserve son aspect un peu magique avec ses parois bleutées sont tout en rondeur. La lumière qui passe à travers les différentes couches de glace donne des nuances changeantes à mesure que l’on avance. Partout autour de nous le froid a figé l’eau, la cendre et des bulles d’air d’un autre temps. Face à un pareil décor, la visite parait bien trop courte et il est déjà temps de regagner le point de départ de cette excursion. Heureusement, cette journée s’annonce prometteuse.

De retour à notre point de départ, il est enfin temps de découvrir Jökulsárlón, la lagune glaciaire qui justifierait à elle seule le voyage en Islande. Ici, des blocs de glace détachés du Vatnajökull flottent sur une vaste étendue d’eau reliée à la mer par un canal étroit.  Arrivés sur place, on ne sait par quoi commencer tant le paysage est incroyable. On se résout finalement à longer le canal pour gagner la plage des diamants, immense étendue de sable d’un noir intense sur laquelle se sont échoués des blocs de glace translucides et brillants. La glace est polie par les vagues qui s’abattent sur la rive, ramenant à terre les blocs échappés de la lagune. Peu d’endroits au monde égalent la beauté de cette plage pleine de contrastes où la glace prend mille formes et nuances. Même le ciel est changeant, tantôt d’un bleu intense, tantôt strié de nuages et de tons rosés.

On perd la notion du temps à déambuler dans les blocs de glace et à graver chaque détail dans nos mémoires. Pourtant, les bords de la lagune ne sont pas en reste. Si on retrouve ici aussi de petits blogs sur la rive, le paysage est bien différent. La lagune, où d’énormes icebergs flottent tranquillement, est cerclée de montagnes enneigées. De temps à autre, on aperçoit entre deux icebergs une petite tête de phoque qui replonge aussi tôt. Un peu contraint par les horaires, on avale une soupe chaude face à l’eau avant de filer sur les routes pour notre prochaine étape.

Notre prochaine étape est justement toute proche. Beaucoup moins connue que Jökulsárlón, Fjallsárlón ne présente que peu d’icebergs. En revanche, elle offre une vue directe sur d’impressionnants pans de glaciers qui tombent à la verticale dans l’eau brune. On profite un moment du décor, seuls et un peu ventilés, loin de l’agitation de la lagune voisine, avant de quitter définitivement ces contrées gelées.

Pour clore cette journée bien chargée, on rejoint le parc national du Vatnajökull qui propose différents chemins de randonnée. A notre arrivée sur le parking, la lumière commence déjà à baisser et on opte pour le sentier le plus court vers la cascade de Svartifoss. La balade est paisible le long d’un chemin sans difficulté qui serpente dans les arbres ou longe la rivière. Il ne nous faut pas longtemps pour apercevoir la cascade d’orgues basaltiques recherchée. Si un chemin permet de se rendre au bord de l’eau, il est en revanche complètement inaccessible sans crampons. Nous voilà donc contraints de faire demi-tour et de regagner Vik de nuit pour un repos bien mérité avant une dernière journée en Islande.

Coté pratique

Le logement

On adore cette ancienne fermée perdue dans les champs et entièrement réhabilitée. Tout est propre et chaleureux, les tisanes sont à disposition est le petit déjeuner est très bon. Une vraie réussite.

Les visites

  • Grotte de glace

On a réservé notre excursion avec Guide to iceland, la référence pour les excursions islandaise. il en existe plusieurs réparties dans le sud de l’Islande. Attention cependant à la saison: nous étions au tout début des grottes de glace ce qui ne nous a pas permis de visiter les plus belles et les plus grandes. ceci étant, notre petite grotte valait à elle seule le détour !

Les repas

Pour un bon repas et un bout de gâteau dans une ambiance animée et chaleureuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s