En route vers l’Okavango

17 septembre

Nous voilà partis pour vivre nos dernières heures en Namibie dans un décor bien différent de nos premiers jours dans le désert. Niché au bord du fleuve, notre lodge du jour est un dépaysement total. On le trouve au bout d’une piste de 5km dans le sable, perdu au milieu des arbres, posé sur de l’herbe verte ! Le Ngepi est un lieu atypique à l’ambiance un peu hippie. On y trouve plusieurs espaces communs, tous grand ouvert sur l’extérieur. Au bar, des drapeaux, chapeaux et billets du monde entier recouvrent les murs. Des feux de camps sont installés tout autour ainsi que des terrasses donnant sur l’eau. Certaines sont pleines de tapis, poufs et hamacs. On explore les lieux sous les arbres agités par des oiseaux colorés. Au loin, les hippopotames grondent. On ne les voit pas encore mais on devine leur présence. Au bout d’un petit chemin, on trouve carrément une piscine – comprendre un cube de grillage installé dans le fleuve – qui permet au plus courageux de se baigner en compagnie de charmantes bestioles. Sans trop de surprises, on passe notre tour !

Vient le moment de découvrir notre logement pour la nuit. On peut difficilement faire plus ouvert ! Une façade de roseaux sépare notre chambre du chemin extérieur, empêchant les autres voyageurs de nous voir, et un toit de paille est installé au-dessus de notre lit. C’est tout. Tout le reste donne directement sur l’eau. Douche et toilettes sont installées sous les feuilles d’arbres, la plomberie étant directement montée sur des troncs. Au moment de s’étendre sur le lit, on découvre mêmes quelques colocataires suspendues au plafond, en pleine méditation. On fait difficilement plus atypique non ?

Le bruit des hippopotames se fait toujours entendre. Ils paraissent nettement plus près. On se décide alors à partir à leur recherche en remontant la route. Toute une famille roupille là, à quelques mètres de la berge. On s’approche avec prudence, dissimulés entre palmiers et roseaux. Leur air de vache est trompeur et ces grosses bêtes sont bien plus rapides que nous, dans l’eau comme sur la terre ferme. On évite donc de les contrarier. Malgré cette réputation d’animal agressif, on les trouve plutôt paisibles voire même carrément mignons quand petits et grands dorment les uns sur les autres, un semblant de sourire sur le museau.

Pour notre dernier après-midi en Namibie, on opte pour une visite solo du parc Bwabwata tout proche et notamment de la partie correspondant à l’ancienne réserve Mahango. On le trouve beaucoup plus verdoyant qu’Etosha, du fait de sa proximité avec le fleuve, mais aussi encore plus tranquille ! Le parc est pour nous seuls. Un doux soleil réchauffe les bras posés sur le bord de la fenêtre, la visite est parfaite. En s’enfonçant sur la première piste entourée d’arbres, on tombe sur nos premiers hippotragues avec leurs masques colorés. Les koudous sont également de la partie : on croisera notamment quelques mâles aux cornes impressionnantes.

Sur les bords du fleuve, la vie abonde. Des nombreuses antilopes se promènent, les oiseaux planent dans le ciel… et les éléphants surgissent des bosquets d’arbres pour traverser la route à 3 mètres de nous ! Une horde entière déambule juste sous nos yeux, à peine perturbés par notre présence. Leur peau sombre trahit une baignade récente. On est tellement éberlué sur le moment qu’on ne pense même pas à immortaliser l’instant. Et puis un peu plus loin, une deuxième famille nous offre un spectacle similaire, quittant les berges pour s’enfoncer dans le cœur du parc, bien plus sec.

Les éléphants ne sont pas les seuls à apprécier le fleuve. On y rencontre également une grande famille de phacochères en plein repas, des oiseaux parfois posés sur leur dos. Ce sont des pique-bœufs à bec rouge. Ces petits oiseaux d’une vingtaine de centimètres s’accrochent à la peau des grands mammifères pour manger tiques, vers et parasites dont les girafes, bœufs ou éléphants ne sont pas capables de se débarrasser seuls. Ils ont une allure étrange avec leurs yeux jaunes

Le paysage évolue au fil des kilomètres et, le long des berges, des arbres de plus en plus imposants apparaissent. On croise ici nos premiers baobabs aux troncs parfois lacérés par les éléphants. On rencontre aussi, pour la première fois, un couple d’autruches et ses petits ! Si les autruches ne sont pas forcément très élégantes, on a adoré leurs petits, courts sur pattes et tout plein de plumes.

Le soleil décline rapidement et le parc prend de jolies nuances dorées sur le chemin du retour. La grande route toute droite qui permet de regagner Ngepi est calme et aucun animal ne semblait décidé à apparaitre pour clôturer la journée. Alors qu’il ne restait que quelques kilomètres, une famille de babouins a finalement décidé de venir nous saluer ! Un adulte d’abord, puis deux, puis de petits groupes avec des jeunes accrochés à leur maman. Le grand mâle reste au bord de la route et semble surveiller que tout se passe bien tout en comptant ses troupes. Il ne rejoindra les arbres que quand toute sa famille aura traversé la route.

18 septembre 2021

Peu habituée à dormir dehors, la nuit aura été rude pour moi. Les hippopotames ayant grondé toute la nuit à proximité de notre logement n’auront rien arrangé. On les entendait, marchant dans les roseaux à la recherche de nourriture. Ils paraissaient toujours plus près… mais aucun n’est venu nous rendre visite dans la nuit ! Mon compagnon de chambrée, lui, a dormi comme un bébé. Au petit matin, ce sont les rayons du soleil levant nous tire des bras de Morphée. De l’autre côté du fleuve, le soleil apparait doucement de derrière les arbres, diffusant une douce lumière dorée. Un tel réveil mérite tous les grondements d’hippopotames.

Au dessus de nos têtes, nos collocs chauve-souris sont rentrées sagement au bercail. Bien serrées les unes contre les autres, elles entament une phase de repos bien méritées.

Nous sommes résolument sous le charme de Ngepi.

C’est désormais l’heure de quitter la Namibie, une longue route nous attend pour rejoindre Maun au Botswana. Mais ça, c’est une autre histoire 😉

les animaux vus par Ptit Jo

Les hippopotames (Hippopotamus amphibius) forment des harems autour d’un mâle dominant. Les jeunes mâles immatures sont tolérés tant qu’ils restent soumis et chassés à la moindre incartade.

L’hippotrague noir (Hippotragus niger) ne porte pas spécialement bien son nom… les femelles sont marrons !

Le grand koudou (Tragelaphus strepsiceros) mâle arbore d’imposantes cornes en spirale d’1.2 à 1.8 mètres. Il peut franchir des obstacles de 2 à 3 mètres de haut d’un bond !

Le Sassabi (Damaliscus lunatus) vit en groupe de femelles et de jeunes. Il plie et pose les genoux à terme pour brouter l’herbe.

L’éléphant de savane (Loxodonta africana) est le plus grand animal terrestre, avec en moyenne 4 mètres à l’épaule et environ 6 tonnes pour le mâle.

Le phacochère (Phacochoerus africanus) a de longues canines en forme de défenses qui lui servent à déterrer des racines et à se défendre contre ses prédateurs.

L’autruche (Struthio) est capable de distancer une lionne avec des pointes à 90 km/h sur de très courtes distances.

Les impalas (Aepyceros melampus) utilisent leurs lignes noires présentes au bout des oreilles, sur le dos de la queue, le haut des cuisses et sur le front pour se reconnaître.

Le babouins Chacma (Papio ursinus) vivent en groupe pouvant atteindre 50 individus. leurs petits ont de grandes oreilles toutes roses.

Coté pratique

Un voyage organisé

Notre voyage a été organisé par l’agence Hors-piste et plus spécifiquement par Antoine. S’il n’est pas indispensable d’être accompagné pour la Namibie, il était en revanche indispensable de l’être pour le Botswana. Aussi, le recours a une agence pour combiner les deux destinations a été un véritable gain de confort. Nous avons été suivis du début à la fin, ayant toujours quelqu’un à contacter sur la route en cas de problème. L’agence nous a également toutes nos procédures Covid (réservation de tests, suivi des résultats) et nous a aidés à obtenir les visas. Bref, nous sommes partis en confiance !

Le site: https://www.horspistes-afrique-australe.com/

Les activités

Parc national de Bwabwata
Ce parc est le résultat de la fusion entre le parc national de Mahango et le parc de Caprivi. Il est peu visité car loin des itinéraires classiques (nous y avons passé l’après midi seuls) mais présente des paysages verts, variés et abrite une faune importante. Il est d’ailleurs traversé par « l’autoroute des éléphants ». Un SUV est fortement conseillé.
L’entrée au parc est payante et les frais sont à régler à l’une des entrées du parcs. Il faut compter 10 NAD par tranche de 24h pour la voiture et 400 NAD par tranche de 24h par personne. Attention, le parc ne prend que le liquide !
Pensez aussi à faire le plein avant d’entrer dans le parc !

Le logement

Ngépi Camping
Le Ngépi camp se situe directement les bords de l’Okavango. C’est un endroit un peu baba cool où les chambres sont directement ouvertes sur l’extérieur, où les douches sont sous les arbres face aux hippos. Des lieux de vie commune accueillent des hamacs et des coussins avec vue sur piscine… grillagée et directement posée dans le fleuve.

Les repas

Diner « buffet » au camp. On n’en garde pas un souvenir impérissable mais c’était tout à fait correct.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s