Mesa Verde

21 juin 2018

En ce premier jour d’été, nous débutons notre exploration du Colorado par une jolie route qui slalome jusqu’aux cimes du Mesa Verde National Park. On traverse un plateau verdoyant entaillé de canyons et au sommets parfois grisonnants: de longues allées boisées ont été balayées par des incendies et il ne reste souvent que des troncs argentés disséminés dans de larges prairies.

On arrive vers 8h30 à Cliff Palace où, enfoncée dans le canyon, une ancienne cité indienne attend d’être découverte pour la première fois de la journée.  Un ranger tout bronzé débarque avec un sourire immense et enchaine, avec une bonne humeur communicative, blagues et références culturelles qui nous échappent parfois. Passées les consignes de sécurité, on dévale une première série de marches puis un chemin ombragé qui descend le long de la roche. Nous sommes en tête du cortège et avons donc la chance de découvrir les lieux préservés de l’essaim de visiteurs qui s’agglutinent derrière nous. Au détour d’un virage, le monde des Anasazis apparait, incroyablement calme et silencieux. Le guide prononce des flots de paroles ininterrompus qui font le plus souvent office de bruit de fond: assise sur une marche de pierre froide en bordure du village, mon esprit est déjà parti très loin dans le passé. La première vague d’explications, on nous laisse accéder aux maisons et kivas. Les descriptions du ranger sont cette fois plus concises et plus claires et permettent de mieux appréhender ce pan d’histoire resté figé dans la falaise. Après près de 3/4 d’heure de visite, le retour se fait par un chemin étroit dissimulé dans la roche où l’on doit grimper quelques marches et une échelle de bois avant de regagner la surface.

De retour au parking, une longue file de carrosseries multicolores a occupé une bonne partie des places de parking. Les premiers cars arrivent et s’alignent près du départ du sentier. Une fois de plus, notre réveil matinal a été récompensé. Nous partons donc vers la visite suivante à quelques centaines de mètres seulement. Au bout d’un court chemin descendant le long de la roche, une échelle d’une dizaine de mètres grimpe vers le village troglodyte de Balcony House. La visite est un peu plus acrobatique mais les lieux semblent plus intimes et préservés. Le village, invisible depuis la surface, a quelque chose de la cité perdue. Un nouveau ranger nous guide entre ces murs, accompagné de vieilles photos et de dessins. Ses explications nous paraissent plus accessibles et nous renseignent davantage sur cette civilisation finalement peu connue. On quitte les lieux en rampant dans un court tunnel avant de regagner la surface, charmés par la visite.

La route jusqu’à Durango est un véritable changement de décor. Les pins s’allongent, les forets se densifient, les reliefs s’accentuent et les petites fermes fleurissent sur les abords. On s’arrête pique-niquer au bord d’une rivière sombre autour de laquelle virevoltent les graines de cottonwood, semblables à de la neige. Atour de nous, les flocons tapissent les herbes et la roche humide comme le ferait les premières neiges. Un vent de fraicheur souffle sur les rives de l’Animas River pourtant paisible.

La ville voisine est, elle, plutôt animée. Bâtisses typées, murs de briques, arcades, décors de bois, façades victoriennes, galeries d’art et boutiques de souvenirs nous séduisent sitôt la voiture garée. La vieille gare abrite une locomotive du siècle dernier tractant des wagons de bois sur une ligne mythique du Far West, la Durango-Silverton. L’endroit sent bon le voyage et on rêvasse un peu en s’imaginant traverser montagnes, ponts et rivières le nez au vent et plein de suie, assis sur des banquettes en bois….. une prochaine fois.

En sortie de Durango, on emprunte la Highway 550 autrement appelée la Million Dollar Road en référence à la construction de cette voie dont les montants de travaux ont atteint des sommes vertigineuses. Le long de l’asphalte, les paysages de montagnes se succèdent sous un soleil radieux entre sommets, glaciers, forets et rivières. A travers les arbres, on devine de superbes maisons et chalets aux larges baies vitrées, petits coins de paradis coupés du monde. Après une heure de grimpe et de tournants, Silverton apparait finalement en contrebas, s’étendant le long d’une avenue de bitume entourée de ruelles de grave. Cette petite ville au passé Western est bien triste comparée à la dynamique Durango. En ce milieu d’après midi, nous sommes presque seuls à longer les vitrines colorées qui attendent sans doute l’arrivée du train à vapeur.

La plus belle partie de la route commence en sortie du village. Plus sinueuse, plus accidentée et sans doute plus impressionnante. En chemin, de vieilles mines semblent avoir été abandonnées au milieu de forets sur des pans de roches colorées. Ouray, lovée au cœur des montagnes, n’a rien d’une petite ville bordée de chalets mais nous charme au premier regard. On vadrouille sur l’avenue principale avant de tomber sur un concert et une microbrasserie ornée d’une terrasse. Comble de la soirée, une piscine d’eau chaude naturelle nous attend au pied de notre chambre. La nuit tombe sur le bassin dans lequel on barbote en regardant les étoiles s’illuminer au dessus des montagne.

Coté pratique

Le logement

  • Twin Peaks Lodge & Hot Springs, 125 Third Avenue, Ouray, CO 81427

On s’est beaucoup plus dans ce petit hotel entouré de montagnes, à la litterie impeccable et aux lits débordant de coussins. Le petit dej est de bien meilleur qualité que dans les motels et la piscine d’eau chaude est un véritable bonheur après une longue journée de route.

Les visites

  • Mesa Verde National Park

Cliff Palace et Balcony House, $10 par visite. Achat au visitor center la veille ou le jour même. Préférez les visites matinales pour éviter la foule.

  • Le Durango Silverton, 479 Main Avenue, Durango, CO 81301

Billet à $102 par adulte en Gondola (wagon ouvert)aux quels il faut ajouter $8 pour le parking et l’Historic Fee de $14. Le voyage est conseillé dans un wagon le plus éloigné possible de la locomotive et du côté droit.

Les repas

  • Ouray Brewery, 607 Main St, Ouray, CO 81427

Une microbrasserie plutôt sympa avec une terrasse donnant sur les montagnes.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s