A la faveur de l’automne

Découverte par un heureux hasard sur une page de magazine, la Bavière et ses célèbres châteaux est soudain apparue comme une évidence. Il n’aura fallu que quelques jours pour organiser ce nouveau périple sur un véritable coup de cœur. Nous voilà donc partis de notre chère Alsace pour une expédition un soir d’octobre.

Quelques heures de route, qui se termineront sous une pluie battante, auront suffi pour gagner le cœur des forêts. L’arrivée de nuit à Fussen sur un parking brumeux et sombre est un peu étonnante, seule la lumière de l’entrée est restée allumée. Nous poussons la porte de cette auberge de jeunesse étrangement silencieuse où nous attendent sagement nos clés. Un paquet de bonbons sous le bras, la visite de l’endroit commence à travers les couloirs obscurs où rien ne bouge. Une immense véranda de bois finit par apparaître mais on distingue à peine les montagnes par la fenêtre. La fatigue se fait sentir et il est déjà temps de regagner les dortoirs embués : une belle surprise se fera connaître au réveil.

 ~~~

A peine levés, le premier réflexe est de pousser le rideau et de regarder par la fenêtre. L’air est toujours brumeux mais aucun doute, le ciel est bleu ! Le petit déjeuner est rapidement avalé et nous partons à la rencontre de cette Bavière tant attendue. Sur la route, les couleurs sont magnifiques : l’automne s’annonce à peine mais les premiers arbres commencent à jaunir et le sommet des montagnes blanchit à vue d’œil.

Le château du Neuschwanstein apparait finalement entre les arbres. Loin du reste des touristes, nous optons pour un chemin qui grimpe dans la forêt avant de rejoindre la demeure de Louis II. Si certains choisissent de partir en courant, les photographes trainent à l’arrière pour admirer le jeu de couleurs, les lacs et les montagnes que l’on aperçoit entre les troncs d’arbres.

Un dernier détour nous amène en contrebas du château où coule une impressionnante cascade. L’eau est glacée mais nous restons un moment à gravir les rochers et à profiter de l’endroit si calme. Au dessus de nos têtes passe la passerelle Marienbrücke d’où la vue doit être grandiose. Avant de s’y rendre, la visite guidée étant déjà réservée, il est temps de repartir pour approcher de plus près cet immense château aux couleurs éclatantes.

Perché entre le ciel et les montagnes et fraichement rénové, le lieu à tout des plus beaux contes. Walt Disney s’en serait d’ailleurs inspiré pour construire le château de la belle au bois dormant. Les tourelles, colonnes et pierres taillées donnent un véritable charme à la cour où l’on se sent tout petit. L’intérieur du château, bariolé et lumineux, ne fait que renforcer son aspect irréel.

Au cours de la visite, un balcon s’offre à nous pour découvrir l’incroyable vue qui s’étend sous nos pieds. D’un côté, les reflets du paysage dans le lac Alpsee, le château de Hohenschwangau et les auberges en contrebas.

19 Octobre 2013 Neuschwanstein (114).JPGDe l’autre, de grandes étendues et des lacs à perte de vue. Depuis les fenêtres, de nouveaux chemins se devinent dans la montagne et nous partons à la recherche du pont de Marie pour admirer une dernière fois le paysage au dessus de la gorge de la Pollät…


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s