Fumerolles et caldeiras

28 juin 2018

Sur le chemin du parc, on traverse Fort Yellowstone où les wapitis profitent largement des pelouses bien tondues qui bordent les bâtiments de pierre, imposants et austères. Pourtant, notre périple du jour nous démontrera encore que le Yellowstone est résolument plein de couleurs.

En arrivant à Mammoth Hot Springs, on découvre de superbes terrasses de calcium sur lesquelles glisse une eau chaude parfois fumante. Les teintes sont changeantes: de l’ocre, du jaune, du blanc voire de l’argent, balayées par une vapeur odorante. Plantées dans ce décor étonnant, des reliques d’arbres morts figés dans le temps se reflètent dans les flaques d’eau. Le décor est étrange, unique mais peu fréquenté ce matin là malgré son accessibilité d’une facilité déconcertante. On profite donc avec joie de cette quasi solitude, rare au Yellowstone.

Après un pique nique grignoté sous une cabane de bois, la visite se poursuit dans le plus actif des secteurs géothermiques du parc, le Norris Geyser Basin. Des fumeroles, des mud pots et des geysers peuplent ce curieux décor, sauvage et inhospitalier. Les couleurs et l’ambiance y sont étranges, baignées de vapeur, de fumée, d’eau bouillante et d’odeurs de souffre. Porcelain Spring, à l’aspect laiteux improbable et quasiment désertée par la verdure est sans doute le clou du spectacle. On y déambule sur des platelages sous lesquels le sol frémit. Autour de nous, les bassins ont des nuances bleutées, vertes ou grises changeantes sous le ciel parfois menaçant.

Entre deux zones de chantier et trois bisons, sur le bord de la route, une pancarte annonce Artists Paintpots. Avec un nom pareil, on opte immédiatement pour un détour. Principalement connu pour ses mud pots, le secteur est traversé par un petit sentier d’à peine un kilomètre où les chipmunks gambadent  autour de mini bassins bouillonnants. On en fait cependant vite le tour., un peu déçu après avoir observé longuement le secteur de Norris.

La foule qui s’accumulent le long de la chaussée et la file de voiture à l’arrêt (voire garées n’importe où) nous indique l’approche de notre dernière étape, icône des photographes et emblème des États Unis. Le Grand Prismatic est une merveille de couleurs et de curiosité. Ce gigantesque bassin d’eau multicolore, de plus de 100 mètres de diamètre, impressionne. Bleu, vert, orange ou rouge sont données par des organismes thermophiles: plus le milieu est chaud, plus le bleu est présent. Une fumée bleue grime vers le ciel, des vagues de chaleur balayent les visages et de sournois courants d’air font décoller nombre de casquettes au bord du géant. On l’observe d’abord depuis le sol avant de se diriger vers le parking voisin. De là, un sentier grimpe doucement dans la foret afin d’offrir un peu de hauteur aux visiteurs mais, même arrivés au sommet, on réalise difficilement l’ampleur du décor.

29 juin 2018

Le parc s’éveille sous un temps terrible, grisonnant et humide. Le visitor center proche du Old Faithful Geyser abrite une foule de visiteurs emmitouflés dans diverses épaisseurs surmontées de Kway détrempés. En attendant l’éruption , on prend le temps de le visiter ainsi que le grand hôtel voisin, Old Faithful Inn, tout de bois, de pierre et de lumière. Aux alentours, le sol fume dans toutes les directions et semble former de nouveaux nuages.

Gelés et trempés, on reprend la voiture pour se diriger vers le Grand Teton National Park à la recherche d’un climat favorable. Si les trombes d’eau s’arrêtent de tomber, il faut admettre que le décor, lui, nous déçois après deux jours complets au Yellowstone. Vallées et montagnes enneigées se succèdent malheureusement sans caractère particulier. On y randonnera longuement le lendemain avec le même sentiment: le parc souffre de sa comparaison avec son imposant voisin.

La petite ville de Jackson, en entrée du parc, nous séduit en revanche à l’instant même où on la découvre. Ambiance cowboy avec ses saloons, ses devantures de bois, ses magasins de déco et de souvenirs tous plus charmants les uns que les autres. On s’y promène longuement, voguant d’une galerie d’art au magasin de souvenirs, de bars animés aux magasins de sport, de bottiers aux restaurants bondés. L’endroit parfait pour une soirée réconfortante après une météo capricieuse.

Coté pratique

Le logement

  • Al’s Westward Ho Motel, 16 Boundary St, West Yellowstone, MT 59758

Hôtel bien situé, près du centre, d’un super marché et de l’entrée ouest du parc. Petit déjeuner non compris.

Les visites

  • Yellowstone National Park

Pass America the Beautiful accepté. Toutes les cartes sont disponibles ici: https://www.yellowstonepark.com/park/national-park-maps

Les repas

  • Canyon Street Grill, 22 N Canyon St, West Yellowstone, MT 59758-9545

Le décor nous a tapé dans l’œil immédiatement mais la cuisine ne nous a vraiment pas marqué.

Premiers pas au Yellowstone

27 juin 2018

La route qui nous conduit au Yellowstone est fidèle au reste du Wyoming, traversé la veille. De larges prés, de la verdure, des ranchs et des chevaux défilent sur des kilomètres. Sur les hauteurs, de superbes maisons aux larges baies vitrées s’ouvrent sur un paysage doux et verdoyant. Le décor est sauvage, traversé par des rivières agitées jonchées de pierre et de bois. L’Ouest prend ici des couleurs bien différentes.

Nous n’avons qu’une heure à faire depuis Cody mais elle parait interminable tant l’impatience est grande. A l’entrée du parc, les lacs sont entourés de forêts de cimes argentées qui donnent une lueur étrange au décor. Sur les traces de bois incendiés, de nouvelles générations de pins prennent pourtant vie.

A Mud Volcano, on découvre une atmosphère nouvelle et surprenante où tout gronde, fume ou crépite. On fait le tour de la zone sur un court platelage où le vent ramène des nuages de chaleur et d’odeurs curieuses, acides. Les mares et les filets d’eau bouillonnent, prennent des teintes étonnantes ou explosent soudainement à quelques mètres de nous.

Loin de cette ambiance de cours de chimie, sur la route du canyon, des champs d’herbes hautes sont balayés par le vent. Les prairies semblent danser en contrebas de la route. Un petit bison les traverse en courant et en bondissant pour rejoindre sa maman et, déjà, on se sent séduits par le parc.

A cause des travaux en cours dans le secteur, il faut s’armer de patience pour gagner Artist Point. Une file de voiture remonte toute la route et il nous faut encore une fois compter sur la baraka de Ptit Jo pour espérer se garer. Depuis la voiture, rien ne laisse transparaitre le changement de paysage que représente le Grand Canyon de Yellowstone. Couleurs chaudes, cascade impressionnante et point de vue à pic ont tout pour plaire. Les arbres aux racines volantes poussent par miracle sur des parois colorées plus qu’abruptes. Après une petite balade sur la rive sud, on traverse la rivière pour découvrir le saisissant Lower Falls Point. L’eau chute dans un spectaculaire vacarme sous nos pieds, le décor est fendu d’un immense arc en ciel et on commence à comprendre pourquoi le Yellowstone est si mythique.

Notre journée s’achève par la Lamar Valley, sorte d’ile aux trésors pour les amoureux de la faune. Dès les premiers kilomètres, la présence de rangers attire notre attention: un ours énorme dissimulé dans des buissons bleutés se balade à une vingtaine de mètres de la voie. On ne peut s’attarder à proximité mais, un peu plus loin, la chance nous sourit à nouveau. La silhouette d’un jeune ours lézardant au soleil avec bonheur se dessine dans l’herbe haute. On l’observe un moment, roulant sur le sol, les yeux fermés pour profiter de l’air frais. On roule encore quelques kilomètres avant de découvrir les étranges antilopes d’Amérique évoluant doucement dans les plaines.

On s’arrête finalement près des méandres de la rivière. Le décor est parfait. L’herbe verdoyante et les fleurs sauvages bordent un cours d’eau tranquille et peu profond qui fait doucement rouler les cailloux. Les sommets enneigés marquent l’horizon et, sous un ciel bleuté sans nuage, des hordes de bisons évoluent paisiblement. On s’installe au bord de l’eau pour observer ces imposants herbivores, si nombreux que l’on peine à les compter. Le soleil caresse la peau, le clapotis de l’eau est dispersé par l’air frais qui court dans la vallée. Une première famille traverse la rivière un peu plus loin sous les yeux d’un imposant mâle. Partout, les petits veaux courent dans l’herbe, font des bonds et pataugent dans l’eau. Pleins de fougue et de joie, ils séduiraient instantanément les âmes les plus insensibles. Face à tant de paix, on reste un long moment à les admirer en silence, un sourire au coin des lèvres. A deux doigts d’acheter un ranch, un cheval et de venir vivre dans cet endroit incroyable, on finit pourtant par reprendre la route qui nous mène vers de nouvelles aventures.

Coté pratique

Le logement

  • Sunrise Motor Inn, 1407 8th Street, Cody, WY 82414

Petit déjeuner non compris et piscine agréable.

  • Yellowstone Big Rock, 902 Scott Street, Gardiner, MT 59030

Emplacement intéressant proche du centre-ville et de l’entrée Nord de Yellowstone mais prix bien trop élevé au regard des prestations…

Les visites

  • Yellowstone National Park

Pass America the Bueatiful accepté. Toutes les cartes sont disponibles ici: https://www.yellowstonepark.com/park/national-park-maps

Brink of the lower falls Trail: 2.5km, 45 minutes

 

Les repas

  • Millstone Pizza Company & Brewery,1057 Sheridan Ave, Cody, WY 82414-3529

Des bonnes pizzas nettement plus copieuses qu’elles n’y paraissent ! Une pizza moyenne nous aura fait 2 voire 3 repas. Décor plutôt sympa.

  • Iron Horse Bar & Grill, 200 Spring St, Gardiner, MT 59030-7747

Pour une blue Moon (ou autre) sur une terrasse perchée au dessus de la rivière.