Un train pas comme les autres

24 mars 2022

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé le train. Des premiers souvenirs des trains de nuit pour l’Italie aux aller-retours récurrents entre l’école et la maison, chaque voyage passé le nez collé à la fenêtre paraissait être une aventure. Les images de trains traçant leurs routes au cœur des champs de thé, fenêtres et portes grandes ouvertes sur des paysages grandioses, trottent donc dans mon esprit depuis des lustres. Autant dire que j’attendais cette journée avec autant d’impatience que d’inquiétude.

Nous voici donc sur le quai de la gare de Kandy, attendant le train pour Nuwara Eliya en compagnie d’une foule de touristes, de familles, de moines, d’écoliers et des inébranlables chiens qui semblent avoir colonisé sagement chaque recoin du pays. En passant par notre agence, nous avons pu obtenir des places réservées. On découvre donc notre voiture aux sièges un peu vieillis mais confortables, balayés par l’air du ventilateur tournant au plafond. Chacun s’installe et, largement en retard, nous partons enfin !

L’air s’engouffre par les fenêtres grandes ouvertes du wagon, l’air chaud caresse le visage et la musique retentit. Par les haut-parleurs de wagons, on entend Sean Paul ou Ed Sheeran entrecoupés de musiques aux sonorités indiennes. Les premiers kilomètres défilent. Quelques amis s’installent entre deux voitures pour jouer aux cartes, d’autres filent s’assoir aux portes grandes ouvertes, les pieds dans le vide. Au bout du wagon, un petit groupe danse sur la musique en riant.

On quitte rapidement les paysages urbains dans cette ambiance chaleureuse pour découvrir un monde plus vert et plus rural. De gares en gares, on rencontre des centaines d’écoliers en uniforme blanc impeccable. On observe aussi la vie qui défile le long des rails, parfois très près, et le bazar engendré par notre arrivée à chaque passage à niveau. les premiers eucalyptus apparaissent finalement, le terrain devient de plus en plus vallonné. A vitesse mini, on arrive finalement au pays du thé.

Du thé partout. Du thé à perte de vue.

Le paysage qui, a lui seul aurait suffit à justifier mes envies de Ceylan, défile désormais sous nos yeux. On traverse montagnes et collines, rivières et petites cascades mais, surtout, de gigantesques plantations. Dans les champs, on rencontre les cueilleuses affairées et les enfants qui rentrent de l’école. Certains nous observent avec d’immenses sourires, adressant des grands signes de la main.

Un contrôleur m’ouvre la porte et je cède moi aussi à la tentation des gens dans le vide, calée contre une paroi, appareil photo à la main. Ce monde de verdure parait incroyable, baigné d’un soleil chaleureux. Au bout de quelques heures, on rencontre un premier tunnel. les habitués restent immobiles, les touristes rentrent précipitamment leurs jambes, un air frais s’engouffre dans la voiture. Le train s’agite brusquement: les passagers se mettent à crier comme dans des montagnes russes et s’arrêtent dès le retour de la lumière. A chaque tunnel, le même manège se répète. on finit par crier aussi pour s’amuser.

Dans les allées, la musique s’est tue. Les vendeurs ambulants passent distraitement dentre les rangées de sièges qui se sont vidés au fil des gares fleuries. Les voyageurs ont désormais le nez rivé à la fenêtre, perdus dans leurs pensées. Bercés par le ronronnement du train, on regarde encore ces champs de verdure s’étendre vers l’horizon avant de deviner Nuwara Eliya et ses files de tuk tuks.

Le coup de cœur de Ptit Jo

Nous serons restés des heures dans le train sans en regretter une minute. Une journée parfaite !

Coté pratique

Un voyage organisé

Notre voyage a été organisé par l’agence Shanti et plus spécifiquement par Noémi. A l’heure où nous sommes partis au Sri Lanka, en pleine période Covid, il était obligatoire de prendre une agence. Ce n’est sans doute pas indispensable si, comme moi, vous aimez organiser seul vos trajets. C’est en revanche confortable, notamment pour organiser les transports avec un chauffeur, bien plus rapides et pratiques que le bus et le train. Nous avons été suivis du début à la fin, ayant toujours quelqu’un à contacter sur la route en cas de problème. L’agence nous a également offert un bon moment de convivialité en fin de séjour et a su s’adapter à toutes nos demandes.

Le site: https://www.shantitravel.com/fr/voyage-sri-lanka

Les activités

Voyage en train
Nous avons opté pour le trajet entre Kandy et Nuwara Eliya mais il est aussi possible de poursuivre jusqu’à Ella.
Gare de Kandy – gare de Nanu Oya (Nuwara Eliya) en train : 4H30 – 160 LKR/pers. pour un billet en seconde classe
Il n’est pas possible d’acheter ses billets en ligne, il faudra donc aller à la gare le plus tôt possible (idéalement plusieurs jours avant). Étant passé par une agence de voyage, nous avons pu réserver à l’avance moyennant une commission.
Si vous pouvez choisir une porte pour faire ce beau voyage, préférez le côté droit 😉

Pedro Tea Factory, WQXQ+VJQ, Nuwara Eliya 22200, Sri Lanka
Entrée 500 LSK
Ouvert tous les jours de 8h à 11h et de 14h à 16h. L’usine est à l’arrêt l’après-midi, il faut donc venir le matin pour voir les machines en activité.
Nous avons été très déçue par cette visite que nous avons trouvé très courte. Les explications données sont très succinctes et on a l’impression de déranger tout du long. A l’arrivée, on nous offre un thé au hasard sans nous préciser lequel, parmi toute la gamme proposée, est servi. On repart donc rapidement, les mains vides.

Le logement

Villa de Roshe, 60 6C Unique View Road, Nuwara Eliya, Nuwara Eliya, Sri Lanka
Située sur les hauteurs de Nuwara Eliya, la Villa de Roshe et ses deux tourelles a tout du cottage britannique. Il n’y a que trois chambres, immenses et confortables. La salle de bain est particulièrement grande et bien équipée. En bref, on s’y sent bien. Des espaces communs sont disponibles au rez de chaussée mais nous n’en avons pas profité par manque de temps.

Les repas

Une fois encore nous avons diné à l’hôtel avec un rice and curry réinterprété qui nous a ravis. Avec un temps frisquet à l’extérieur, on s’est senti particulièrement bien ce soir-là, comme dans un cocon. Nous n’avons pas pu tester le petit déjeuner habituel, partis trop tôt le matin mais l’hôtel nous avait préparé une version à emporter.