The Subway

Lors de notre précédent voyage, Zion avait été mon incontestable coup de cœur. Couleurs incroyables, reliefs escarpés, randonnées uniques voire carrément mythiques…. Zion avait déjà tout. Le parc cachait pourtant d’autres mystères, de ceux qui restent sagement blottis dans un coin de la tête, dans l’attente d’être découverts. Au fond du canyon, le Subway patiente, protégé par les rangers et par des heures de randonnée. Cette fois, ni les kilomètres, ni la chaleur ne sont les plus grand remparts. Cette fois, nous ne pouvons compter que sur notre bonne étoile.

Soucieux de préserver cet endroit unique, le National Park Service a en effet imposé l’obtention d’un permis délivré par un système de loterie. Deux chances sont données aux visiteurs: 3 mois et quelques jours avant la randonnée prévue. L’attente est longue jusqu’à la première réponse… négative. On retente notre chance un soir, en se branchant sur le wifi d’un bar bruyant, après une journée désespérément pluvieuse. On retente et on oublie presque. Il fait déjà nuit quand, quelques jours plus tard, on allume l’ordinateur pour découvrir un mail du parc national. Une douce euphorie règne alors dans notre chambre de motel: le miracle s’était produit, nous avions un permis !

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~

3 juillet 2018

Notre bonne étoile brille toujours au dessus de nos têtes et nous garantit une météo sans risques orageux. Une longue randonnée nous attend et le thermomètre, en revanche, a vite tendance à s’emballer ces jours ci. Le soleil est donc à peine levé quand nous prenons la route, permis en poche, sac à dos chargés et impatients de dévaler le sentier. L’itinéraire du Subway étant peu balisé, on sort le GPS et la trace téléchargée la veille, trace qui nous entraine sur un chemin plein de sable jonché de roches noires. On suit bêtement ce chemin improvisé jusqu’au bord du canyon. Sous nos pieds, le vide: une falaise abrupte et pas la moindre trace de piste. On hésite mais il nous faut finalement faire demi tour et tourner en rond un moment pour retrouver le bon chemin.

La balade serpente doucement le long des falaises, dans un silence reposant. Rapidement, le chemin devient plus raide et l’on aperçoit finalement, en contre bas d’un champ de pierre particulièrement abrupt, quelques randonneurs. Avec prudence, nous suivons cet improbable circuit, les jambes bientôt pleine d’une poussière rosée. Ce n’est qu’une fois arrivés en bas, indemnes, que l’on commence à s’inquiéter du retour. Ces pensées sont cependant vite balayées par le décor, charmant et tranquille.

Le cours d’eau est bordé d’herbes vertes et hautes, parsemées de fleurs jaunes. Il court entre des roches de toutes tailles et de toutes formes, partagées entre les nuances de roses et de gris. Ici, impossible de se perdre: il suffit de remonter le lit de la petite rivière sur des kilomètres. Si la randonnée n’a rien de vraiment difficile, elle n’est pas pour autant particulièrement reposante: on passe régulièrement d’une rive à l’autre en escaladant chaque fois de nouvelles pierres ou en s’aventurant dans les herbes hautes. On croise à nouveau le petit groupe de randonneurs puis plus rien. Nous sommes seuls au monde au cœur de Zion.

Le lit de la Left Forkof North Creek s’élargit à mesure que le soleil grimpe dans le ciel. Les falaises prennent des couleurs plus vives accentuées par un fond bleu sans nuage. Bientôt, le sable disparait et l’eau file directement sur la roche. Nous voilà donc les pieds dans la rivière, le chemin ayant complètement disparu. De petites cascades apparaissent finalement, marquant un réel tournant dans la balade. Les arbres prennent de la hauteur, la roche s’arrondit, le canyon devient subitement plus étroit.

On avance le nez en l’air, tout petits au pied de ces falaises qui se rapprochent toujours plus. Un virage, un autre et, enfin, on aperçoit les rondeurs du Subway. Les lumières du canyon se reflètent dans l’eau presque stagnante devant l’entrée des lieux et la douce euphorie de la loterie gagne à nouveau les troupes. Il n’existe sans doute pas, à cet instant, de randonneurs plus privilégiés que nous, seuls devant une merveille que peu on la chance de découvrir.

On s’avance tout doucement vers l’entrée du tunnel, avançant à pas de loup sur la roche polie par les années. Les parois du Subway cache une succession de piscines naturelles à l’eau bleutée translucide. Le chemin s’arrête ici, dans ce décor incroyable baigné de soleil. Par curiosité, et sans doute pour prolonger un peu le plaisir de la découverte, on dépose toutes les affaires aussi haut que possible avant de partir à la nage dans le dédale des derniers bassins. Alors que la fraicheur saisit instantanément chaque muscle immergé, on avance en riant bêtement, insensible à ce léger détail. Après quelques virages, une cascade d’eau glacée nous accueille dans le dernier bassin. Les plus courageux se glissent dans une étroite faille entre deux rochers pour se laisse asperger par la Keyhole Falls, dernière étape du voyage.

Un peu à contre cœur, on finit par rebrousser chemin, détrempés mais ravis de cette expérience insolite. Un immense tronc d’arbre posé en travers de blocs rocheux non moins imposants nous héberge le temps d’une pause déjeuner, pieds dans l’eau et seulement entourés de quelques papillons. On y passe un long moment, à la fois pour profiter de l’endroit et pour retarder l’instant où il faudra à nouveau crapahuter sous un soleil brulant…

Il nous faudra plus d’une heure de marche pour retrouver l’abrupte descente pleine de roches traversée à l’aller. Peu convaincus, on finit par s’y engager avec une extrême prudence de peur de faire rouler des pierres à chaque pas. Ce n’est qu’une fois arrivés au sommet qu’un couple, qui nous observait étrangement, nous a demandé pourquoi nous n’avions pas emprunté le chemin. On se regarde, sans un mot, perplexes… en voilà une bonne question. Le dernier kilomètre qui nous sépare de la voiture a des airs de promenade de santé après cette remontée chaotique. Tout en marchant, on se promet intérieurement de ne plus jamais suivre des randonneurs ou des traces GPS aveuglement à l’avenir. A l’arrivée, les bouteilles d’eau, soigneusement économisée sur le chemin, sont rapidement vidées. Notre petit SUV climatisé fait soudainement figure d’oasis et nous roulons vers un repos bien mérité.

Après une courte pause à l’hôtel, juste le temps de retrouver un aspect présentable, nous partons sur la magnifique route 9 qui longe la Virgin River en direction de Springdale. Une petite table nous y attend en terrasse, survolée par de minuscules colibris. Quand quelques deers traversent la route entre deux tintements de verres, on se dit que Zion a résolument tout pour plaire.

20180703 (83) - copie

Coté pratique

Le logement

  • Super 8 by Wyndham Hurricane Zion National Park, 65 South 700 West, Hurricane, UT 84737

Chambres spacieuses, piscine et petit déjeuner inclus avec machine à gaufre. Emplacement idéal pour se rapprocher de Zion à un prix raisonnable.

 

Les visites

  • Zion National park – The Subway – 15km aller retour, environ 6h.

Pass America the Beautiful accepté, Tous les documents pratiques pour le parc sont ici: https://www.nps.gov/zion/planyourvisit/maps.htm

Les inscriptions pour la loterie du Subway ont lieu ici: https://zionpermits.nps.gov/lotteryapply.cfm

Ne pas oublier de vérifier la météo, capricieuse à Zion: personne n’aimerait se retrouver dans le Subway pendant un orage…

 

Les repas

  • Spotted Dog Cafe, 428 Zion Park Blvd, Springdale, UT 84767-7701

On se régale de plats un peu plus fins que d’habitude et desserts faits maison sur une terrasse où les colibris volent au dessus de nos têtes. Les deers du parc se promènent sur le trottoir qui longe le restaurant : magique !

Kanarra Falls

2 Juillet 2018

Réveillés relativement tôt ce matin là, nous sortons du motel les bras chargés de bagages quand nous remarquons des dizaines de montgolfières aux formes originales et colorées qui grimpent dans le ciel. Elles surgissent de toute part, derrière les hôtels voisins, avant de s’élever dans un décor bleu sans nuage. Sur cette belle image, on reprend la route pour les profondeurs de l’Utah.

Dans une campagne verdoyante, on emprunte des routes où nous sommes les seuls voyageurs. Notre petit SUV tangue sur un dernier chemin tout cabossé et plein de poussière qui nous indique l’arrivée. Perdue dans des champs d’herbes hautes, dans un carré de terre et de sable, Meadow Hot Spring accueille déjà deux familles. Des gamins sautent dans l’eau profonde, d’autres plongent pour observer le fond. On s’installe sur les bords de ce bassin naturel à peine aménagé, lunettes sur le nez, baignant dans une eau aussi chaude que celle d’un jacuzzi. Une petite fille nous apporte des fleurs pour s’excuser de nous avoir éclaboussé avant de quitter les lieux avec sa tribu. L’endroit est calme, sans bruit, loin de tout. On y reste un bon moment, profitant de cette atmosphère paisible avant de quitter l’eau à regret pour reprendre notre chemin.

Le parking bondé de Kanarra Creek n’a rien d’encourageant. Une fumée épaisse qui s’élève à l’horizon nous rappelle que le risque d’incendie est bien présent dans le secteur. Partout, on nous rappelle que la randonnée se fait à nos risques et périls et que nous sommes susceptibles de croiser des serpents peu amicaux.  Seule la météo clémente semble nous protéger des flash floods.

Les randonneurs de tout âge sont pourtant relativement nombreux à s’engager dans le chemin de terre sous un soleil de plomb. Les premiers kilomètres n’ont rien de très original, on avance doucement sur un sentier sans grand dénivelé au milieu des arbres et de poussière rose. Un changement de décor s’annonce aux première notes du clapotis de l’eau en contre bas où Kanarra prend des allures d’oasis. Désormais, on marche directement dans l’eau claire de la rivière. Quelques pierres roulent sous nos pieds et l’eau fraîche est particulièrement bienvenue.

En à peine une heure, le chemin devient plus étroit et les premières falaises rosées apparaissent. Les slot canyons ont un petit quelques chose de magique, on y avance une main courant sur la pierre polie par l’eau et le vent, intrigués par chaque virage, émerveillés par le jeu des lumières sur la roche. Un vent frais court au dessus de l’eau,  portant les voix des randonneurs bientôt couvertes par le bruit des cascades. La première, sans doute la plus connue et la plus photographiée, se dresse soudain devant nous. Un rondin de bois et un bout de ficelle ont été installés en guise d’échelle et permettent de poursuivre la randonnée une fois arrivés au sommet. Pour certains, ce passage relève carrément de l’expédition: on croise une famille avec un porte bébé sur le dos que l’on regarde descendre le long de l’eau avec inquiétude…

Le premier obstacle franchit, la randonné se poursuit dans un secteur plein de lumière. La chaleur des rayons du soleil et la fraicheur de l’eau sur la peau sont un vrai bonheur. L’espace de quelques minutes, les autres randonneurs ont disparu. On s’installe alors un moment pour se baigner dans de petits bassins accessibles par des toboggans naturels. Arrivés à la seconde cascade, la solidité de l’échelle nous fait douter: un tronc d’arbre, plus léger, est installé contre la falaise mais seuls trois échelons, dont deux vacillants, ont été posés dessus. Inquiets de ne pas pouvoir redescendre sans se blesser, on finit par se résigner à faire demi tour, comme tous nos voisins subitement réapparus. Le retour est plus calme, plus doux aussi, le soleil s’étant enfin décidé à nous laisser un peu de répit. Trempés mais ravis du périple, nous regagnons le motel d’Hurricane pour une bonne nuit de sommeil. Demain, l’immense Zion nous attend.

Coté pratique

Le logement

  • Super 8 by Wyndham Hurricane Zion National Park, 65 South 700 West, Hurricane, UT 84737

Chambres spacieuses, piscine et petit déjeuner inclus avec machine à gaufre. Emplacement idéal pour se rapprocher de Zion à un prix raisonnable.

Les visites

  • Meadow Hot Springs

Accès gratuit, le lieu fonctionne sur la base de dons. Pour trouver la source d’eau chaude:

  1. Rejoindre I-15 S/I-80 E
  2. Rester à gauche à l’embranchement pour continuer sur I-15 S
  3. Prendre la sortie 158 pour State Route 133 en direction de Meadow Kanosh
  4. Prendre à gauche sur UT-133 S
  5. Tourner à droite
  • Kanarra Falls

Depuis Saint George, prendre l’autoroute I-15 en direction du Nord puis la sortie 42 en direction de Kanaraville. Aller au bout de E 100 N Street.

Depuis le 1er mai 2018, il est nécessaire d’acheter un permis pour faire la randonnée soit sur place, soit sur le site internet dédié. Les billets sont contrôlés à l’entrée (9$).

Home